Pour adhérer à l'association, allez sur cette page.

Si vous êtes déjà membre du TCF et que vous désirez ré-adhérer, suivez ce lien.

LATHAM F2 SUPER SPORTS

Conçue au milieu des années 1980, la Latham F2 est la seconde voiture produite par Latham Sports Cars. Cette société, fondée par les époux Paul et Julia Latham Jackson, est initialement installée aux portes de Bicester, c'est là que naît la Latham F1. Latham Sports Cars ne construit qu'un unique exemplaire de ce cabriolet, toujours considéré comme le prototype de la future Latham F2, le véritable enjeu du projet.

Pour financer le développement de la nouvelle voiture et pour disposer des moyens nécessaires au lancement industriel du projet, Latham Sports Cars déménage pour s'installer à Penzance en Cornouailles, d'où Julia est originaire. L'entreprise trouve un petit atelier entre Newlyn et Penzance, tapi juste derrière une fabrique d'hydromel et pas très éloigné de la vielle conserverie de sardines Pilchard. Cet atelier porte le nom plutôt pittoresque d'écurie « Hobba ». Pendant que le projet éclot dans ces locaux, Paul et Julia s'installent dans un cottage historique sur le vieux port de Newlyn. Certes, l'endroit est idyllique Mais savent-ils qu'ils s'embarquent pour une aventure des plus dures et des plus longues de leur vie ?

2015 Latham 01

2015 Latham 04

2015 Latham 05

A l'occasion du salon de Stoneleigh, la société dévoile une maquette à l'échelle un quart de la voiture qui génère un intérêt suffisant pour conforter Paul dans ses convictions quant à l'avenir de son projet. Andrew Dawkes, un autre concepteur de voitures expérimenté, rejoint l'équipe. Cette dernière passe les deux années suivantes à perfectionner le concept, mettre au point les plans et construire des maquettes grandeur nature et des prototypes. Comme références et sources d'inspiration, l'atelier abrite d'autres voitures, notamment une Elva, une Davrian et de temps en temps une NG magnifiquement construite. Mais l'activité de l'atelier, c'est le dur travail de Paul, Andrew et Julia, au beau milieu des documents, des plans, du bois, de la fibre de verre et de l'acier, le tout dans un nuage de poussière.

A la fin de l'automne 1986, la société dévoile fièrement le fruit de ses travaux. A ce stade, tout ce qu'ils peuvent montrer, c'est le contre-moule à partir duquel seront réalisés les moules de la carrosserie. Mais, présentation oblige, le contre-moule est peint au mieux, équipé de ses roues, doté d'un pare-brise habilement positionné, l'illusion est parfaite. Un article paraît dans « Kit Magazine » grâce à Ian Hyne. L'entreprise engrange trois commandes au cours de cette unique présentation.

Ainsi encouragée, la société Latham Sports Cars retourne à Bicester, dans une usine autrefois dédiée à la fabrication de voitures de compétition de type « Indy ». La production démarre en 1987. L'activité évolue rapidement : beaucoup de kits, quelques voitures partiellement montées et même deux voitures clés en mains, prêtes à prendre la route, quittent l'usine.

Hélas, il devient rapidement évident que le carnet de commandes ne répond pas aux attentes des banquiers. Bien que le développement soit terminé ou presque, Paul est dans l'obligation de trouver une autre source de revenus. Il quitte sa société pour rejoindre l'entreprise TWR à Kidlington, où il est impliqué dans les projets Jaguar XJ8 puis Aston-Martin DB7. La présence de sa Latham F2 sur le parking de l'entreprise ne laisse pas indifférent. Andrew Dawkes poursuit sa carrière dans la branche motos de Triumph, puis chez Volvo en Scandinavie, avec chaque fois un poste important dans les études et le développement. Ces départs laissent Julia seule, avec trois assistants, pour superviser la production des Latham F2.

2015 Latham 03

2015 Latham 02

2015 Latham 06

Un sublime exemplaire de la Latham F2 spécialement préparé, immatriculé RJB974M, est construit pour un client qui le laisse à disposition de la société Latham Sports Cars, aux termes d'un contrat de location, comme véhicule de démonstration. Durant deux années, cet exemplaire est de toutes les expositions de voitures en kit et de tous les essais des magazines et revues spécialisés, suscitant partout admiration et compliments. Malheureusement, ce succès n'est pas suffisant. L'obstacle majeur s'avère la complexité de la construction de la voiture et le coût élevé des composants automobiles du moment. Les clients ne sont pas prêts à payer des innovations technologiques que l'on ne voit même pas, cachées sous la carrosserie pourtant si séduisante de la Latham F2, chaque exemplaire couvrant à peine ses frais de production. Avec un nombre de kits produits atteignant au mieux les vingt exemplaires, la société Latham Sports Cars cesse son activité.

Ce qui rend la Latham F2 si difficile à construire et lui confère son caractère si radical, c'est sa structure monocoque en matériau composite, le premier cabriolet à recourir à cette technologie. Sans acier de la proue à la poupe, la voiture est extrêmement légère et l'ensemble complet ne dépasse guère les 650 kilos. Equipée du moteur de la Triumph Dolomite 16 soupapes, renommé pour ses victoires en compétition, les performances de la voiture sont époustouflantes, c'est le moins qu'on puisse dire ! La fameuse RJB974M prend part à deux compétitions sur le circuit de Castle Combe, où elle se montre imbattable, dès lors qu'elle est entre de bonnes mains. Même les Cougar motorisées par Jaguar ou les répliques de Cobra ne peuvent lui tenir tête sur le circuit de Wiltshire. Le comportement de la voiture est fabuleux, la forme aérodynamique et le moteur Sprint développant plus de 185 BHP plaquent le conducteur à l'accélération et permettent une vitesse de pointe exceptionnelle.

2015 Latham 07

2015 Latham 08

2015 Latham 09

Dans des circonstances différentes, l'avenir de la Latham F2 aurait été réussi. L'objectif premier de Paul Latham Jackson est la certification du véhicule, suivie d'une production en série. La voiture est conçue pour répondre à toutes les normes en vigueur, mais les kits qui sortent de l'usine sont en fait plutôt des prototypes. Le moteur Wauxhall « 2 litre culasse rouge » est réservé aux voitures de production, associé à la boîte de vitesses à cinq rapports de la Ford Sierra, grâce à une cloche d'adaptation maison. Une suspension arrière Ford à roues indépendantes est également envisagée, la voiture étant équipée de quatre freins à disque, sans compter une option moteur turbocompressé. C'est exactement ce que propose plus tard Catherham pour sa Seven, mais la Latham n'est plus produite depuis longtemps.

Bien que le rêve de Paul Latham ne se réalise pas, il ne fait aucun doute qu'une Latham F2, produite en série, s'avèrerait un fantastique engin de route. L'inspiration de Paul, puisant ses sources tout azimut, complétée par ses propres réflexions, donne naissance à une voiture originale. Elle fait irrésistiblement penser à un cocktail à base de Jaguar Type-E, assaisonné d'un zeste de Marcos, avec une pincée d'Aston-Martin, mais surtout une bonne dose de classicisme avec des lignes pures. Ce savant dosage donne un caractère unique à cette impressionnante voiture de sport, indéniablement britannique.

Web Analytics
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
TOUT ACCEPTER
TOUT REFUSER
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner