2014 - Bretagne - La Baule sur Mer

0000 Panorama Bretagne

Le Foll 1Les bretons franchissent la Loire !

 
La Baule les 27 et 28 septembre 2014

par Pierre Le Foll

  

Cliquez sur les images pour les agrandir. 

 

A l'initiative de notre ami Gérard, régional de l'étape à temps partiel, huit équipages bretons se sont retrouvés à La Baule pour cette sortie d'automne sur deux jours. Certains y verront peut-être une manifestation désespérée en faveur du rattachement de la Loire-Atlantique à notre belle région, mais peine perdue car nos politiques n'ont pas suivi la voie tracée par les instances suprêmes du Triumph Club de France pour le redécoupage régional.

 

  2014 Bratagne La Baule sur Mer (1)  

 

Afin d'éviter un départ plus que matinal aux extrêmes-occidentaux, pour ne pas dire les plus « à l'Ouest », il est convenu de se retrouver le samedi midi pour le déjeuner au restaurant « Le Dix » qui ne tire pas son nom de son adresse, mais de la modération de ses tarifs, menu à 10€ même le week-end ! De plus, il est en plein centre de La Baule. Pendant que nous attendons d'être placés, nous avons juste le temps de voir filer une majestueuse Bentley 4½ Open Tourer des années 29/30, vraisemblablement un client de l'Hôtel Royal qui trône majestueusement à l'extrémité de la rue. Le week-end se présente bien...

Après le déjeuner, distribution non pas des road-books habituels, mais du questionnaire touristique qui nous conduira jusqu'au dîner. Gérard a bien sûr tout prévu, y compris les navigateurs en la personne de ses beau-frère et neveu afin de compléter les équipages solo, peu compatibles avec la nature studieuse de la sortie.

Les premières questions nous mènent directement au Pont de Saint-Nazaire où il nous faut recueillir une foule d'informations tant techniques qu'historiques concernant l'ouvrage. Puis se sera Saint-Brévin-les-Pins, Paimboeuf et son phare qui a la particularité de se trouver à plus de 10 km à l'intérieur des terres, Saint-Viaud et enfin Saint-Michel-Chef-Chef, pays de la galette éponyme où nous nous accordons un arrêt-terrasse désaltérant et comparons nos notes... dans le dos de Gérard. Après un petit détour par Tharon-Plage nous traversons La-Plaine-sur-Mer qui, comme son nom ne le dit pas, se trouve à plusieurs kilomètres de la côte avant d'atteindre Préfailles et sa jadis célèbre source d'eau ferrugineuse. Il ne nous reste plus qu'à compter les marches qui y mènent et surtout à nous accorder sur les divers dénivellements qui satisfont la définition (45, 47 ?, c'est selon...).

Encore quelques kilomètres le long de la côte, cette fois sans questions réponses afin d'apprécier pleinement la superbe vue sur l'océan, et nous atteignons la Pointe Saint-Gildas, juste à temps pour saluer nos camarades de l'Amicale Spitfire qui viennent d'y faire étape et qui comptent dans leurs rangs quelques membres du Triumph Club de France, Jean-Michel, Charly et Vonny qui manifestement ont des conflits de dates dans leurs agendas.

 

2014 Bratagne La Baule sur Mer (2) 2014 Bratagne La Baule sur Mer (3) 2014 Bratagne La Baule sur Mer (4)

 

Tandis que Gérard s'active à corriger nos réponses, nous patientons en admirant le magnifique coucher de soleil sur l'océan, alors qu'au large un des navires russes Mistral rentre à Saint-Nazaire à l'issue de sa campagne d'essais. Juste le temps pour une photo de groupe et voici que tombent les résultats : Bruno et sa copilote Marie-Noëlle emportent le panier de pique-nique réservé aux vainqueurs, tandis qu'à l'autre extrémité du classement, Hélène et Alain reçoivent chacun un tee-shirt humoristique. Le dîner se déroule parfaitement au restaurant de la pointe et on ne peut que féliciter les organisateurs pour ce choix. Les quarante kilomètres du retour de nuit sur La Baule s'effectuent sans problème.

 

2014 Bratagne La Baule sur Mer (5) 2014 Bratagne La Baule sur Mer (6) 2014 Bratagne La Baule sur Mer (7)

 

Le lendemain matin nous mettons le cap à l'Ouest après nous être faits tancer par un Baulois qui manifestement n'apprécie pas les vocalises gutturales de nos vaillantes mécaniques sous sa fenêtre. C'est ensuite l'occasion de longer la côte via Le Pouliguen, Batz-sur-Mer et enfin Le Croisic où nos amis Fanny et Pierre-Michel nous attendent pour le café et ses douceurs. Notre hôte nous confie d'ailleurs qu'il recherche la TR6 de ses rêves et envisage de rejoindre le Triumph Club de France. La journée commence vraiment très bien...

Nous poursuivons notre chemin vers La Turballe en empruntant la petite route qui serpente au travers des marais salants et sur laquelle se déroulait un rallye dans les années 60-70. Un petit arrêt sur le port et nous repiquons vers La Baule pour l'apéro offert par Marie-Noëlle et Gérard sur leur terrasse, à deux pas du front de mer, avant de déjeuner une deuxième fois au « Dix ». Il est 13h30 passées et nous y trouvons une queue d'une vingtaine de personnes dans la rue qui attendent le troisième service. Comme quoi ce n'est pas la crise pour tout le monde...

Après le déjeuner, Gérard nous a réservé une visite surprise : la magnifique collection de Luc Morel qui a très gentiment accepté de nous recevoir un dimanche après-midi pour nous présenter ses merveilles : Ferrari, dont une superbe Daytona jaune, Lotus, Alvis, Alpine 1300S, Salmson, etc... et plusieurs Triumph : GT6, Vitesse, deux Herald, break et coupé. Nous quittons Luc à regret, mais avec la consolation que nous pourrons revoir certains de ses trésors au salon Auto-Moto-Rétro de Lorient en novembre.

Le week-end se termine comme il a commencé, dans la bonne humeur et sous le soleil, avant de nous disperser vers les quatre coins de la Bretagne. Un grand bravo à Marie-Noëlle et Gérard pour l'organisation de ce week-end très réussi.

2014 Bratagne La Baule sur Mer Parcours 


 

2014 - Bretagne - Salon de Rennes

0000 Panorama Bretagne

13ème Salon Retro Passion de Rennes

  

2014 Salon de Rennes6 avril 2014

Le Triumph Club de France expose

 

Cliquez sur la plaque de rallye ci-contre pour voir l'article de Pierre Le Foll.

 


 

 

2014 - Bretagne - Event

0000 Panorama Bretagne

Le Foll 1En route pour le Pays Cathare

 

Odyssée des bretons pour participer au Triumph Event
du 29 mai au 1er juin 2014

par Pierre Le Foll

  

Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

 

Après leur excursion humide au Pays Basque en 2012, les bretons ont fait une pause et « zappé » l'édition de 2013 afin d'affronter dans de bonnes conditions le long déplacement vers le Pays Cathare et ses promesses de grand beau temps pour l'Event 2014.

Ainsi le « petit week-end » de l'Ascension se transforme par la force des distances en un périple de huit jours, par respect pour nos anciennes... et pour leurs passagers.

C'est donc le mardi matin que les cinq équipages cornouaillais se retrouvent au lieu habituel pour former le convoi : quatre Triumph TR4 et une Spitfire, c'est presque de la monoculture ! Nous partageons les enseignements glanés par chacun sur son site météo préféré, afin d'évaluer nos chances de voyager à peu près au sec. A priori ça n'est pas gagné, mais nous avons nos chances.

2014 Bretagne Event  (1)C'est donc « couverts » que nous traversons la Bretagne d'ouest en est à bon rythme par la voie express pour retrouver le rennais Guy et sa bellissime Italia au-delà de Nantes, pour le rendez-vous du déjeuner. Pour bien commencer l'Event nous avons choisi de nous arrêter dans un site incontournable de la gastronomie péri-nantaise : le restaurant « Jean d'la Queue » qui se trouve fortuitement sur notre itinéraire. La saucisse au muscadet est tout à fait à la hauteur de la réputation de l'établissement, l'Event démarre bien... on dirait presque un voyage à thème !

L'après-midi nous abandonnons les voies express pour rejoindre notre étape du soir par des routes plus conviviales. Ma proposition de visiter Clisson n'obtenant que peu de soutien, nous roulons sans encombre et directement jusqu'en Poitou vers notre première maison d'hôte à Lavausseau, petite cité de tanneurs à une vingtaine de kilomètre de Poitiers. Notre charmante hôtesse ne se contente pas d'accueillir les voyageurs car issue d'un lignée de tanneurs, sa principale activité est en fait la confection d'articles de cuir de toute beauté.

2014 Bretagne Event  (2)2014 Bretagne Event  (3)C'est donc tout naturellement que la soirée débute par la visite de l'atelier-boutique, avant d'être rejoints pour le dîner par les amis poitevins de Guy qui nous ont déniché cette adresse. L'un d'eux est un amateur éclairé d'anciennes : Jaguar, Facel-Vega, etc. Il nous fait l'honneur de nous présenter sa magnifique XK120. Néanmoins les talents culinaires de notre hôtesse parviennent à prendre le dessus. Tout va bien jusqu'à ce que certains d'entre nous découvrent que leur chambre donnant sur la rue principale du village ne possède ni rideaux, ni volets. Malgré ce léger désagrément, la nuit se passe bien sans attroupement de groupies hystériques sous leur fenêtre.

Le lendemain matin au petit déjeuner, nous débattons de l'opportunité d'emprunter l'itinéraire bis pour éviter l'A20 entre Limoges et Brive-la-Gaillarde. Le temps maussade et les petites routes limougeaudes font pencher la balance en faveur de l'autoroute, surtout que nous avons un impératif d'horaire : retrouver nos amis Angoumois, Martine et Christian, pour déjeuner à Cressensac avant de les intégrer à notre troupe. Ils ne sont pas sectaires les Bretons ! De plus, la suite du parcours nous promet des paysages plus intéressants en abordant le Quercy puis la vallée de l'Aveyron et Najac qui sera notre seconde étape.

Nous y retrouvons notre septième équipage breton : Marie-Noëlle et Gérard qui arrivent tout droit de Rennes à bord de la « voiture invisible », la 911 que l'on ne voit jamais sur les photos du Triumph Club de France-Bretagne. Un peu sectaires tout de même les Bretons !

C'est donc à bord de six Triumph et deux modernes que nous attaquons la troisième manche de notre périple dont le point d'orgue est la traversée de la Montagne Noire entre Mazamet et Carcassonne. Celle-ci débute par un parcours d'orientation le long d'une déviation par d'étroites vallées parsemées de vestiges des industries du délainage et de la mégisserie qui firent longtemps la prospérité la région avant de s'arrêter à la fin des années 70. Lugubre mais saisissant ! 2014 Bretagne Event  (4)Non mécontents de retrouver la D118 et un semblant de civilisation, nous faisons une pause-café à l'entrée d'un village appelé Les Martyrs. N’y voyez aucun rapport avec les passagers de nos valeureuses Triumph ! Nous y sommes accueillis à 11h du mat' par un curieux barman en smoking et nœud pap qui dénote dans l'ambiance surannée du bistrot. Nous profitons de cet arrêt pour remplacer une bobine défaillante.

Nous abordons le contournement de Carcassonne à l'heure du déjeuner, mais les récents ronds-points ont raison de la bonne volonté de mon GPS pas vraiment à jour. D'autorité, Jacques prend donc le commandement des opérations et nous filons à sa suite vers Quillan. Toutefois, il reste sourd à l'appel de nos estomacs et c'est donc le ventre creux que nous arrivons au domaine l'Espinet où nous retrouvons les G.O. de l'Event en plein repas. Très poliment, mais fort imprudemment Albert, le directeur du restaurant nous demande si nous avons déjeuné. Il se retrouve ainsi à 14h avec douze clients imprévus et se sortira magistralement de ce mauvais pas. Chapeau l'artiste !

2014 Bretagne Event  (5)2014 Bretagne Event  (6)Sans s'étendre trop longuement sur le formidable Event 2014 organisé par Marga et Alex, assistés de leur équipe et du staff du Triumph Club de France, et conté par ailleurs avec beaucoup plus de talent par Jean-Paul, nous retiendrons les magnifiques balades aux châteaux cathares et dans les Gorges de Galamus, le Domaine de l'Espinet parfait en tout point, l'animation de la soirée de gala, la parade des Triumph et le superbe déjeuner de dimanche au Domaine Gayda. Je serais incomplet si j'omettais la sublime cité de Carcassonne que l'on peut visiter à bord d'une carriole tirée par deux chevaux coiffés de curieux bonnets d'ânes, mais ça c'est seulement si l’on ose les approcher, à moins que... Enfin tout est dans l'interprétation de l'écriteau.

2014 Bretagne Event  (7)Arrive déjà dimanche 15h et le temps des au-revoir. Tant pis pour le dessert que nous « zappons », les bretons ont de la route à faire... et n'attendent pas. Dans la précipitation Alain et Dany, qui devaient faire un bout de route avec nous, égarent les clés de leur TR3 et renoncent finalement à notre compagnie. Dommage, car notre étape du dimanche soir est une magnifique demeure au sud de Villeneuve-sur-Lot où nous trouvons des chambres de trente mètres-carrés et une table fabuleuse. Pour couronner le tout, le propriétaire est amateur d'anciennes, il restaure une Rover P5, tandis que notre hôtesse trouve également le temps (où, on se le demande encore...) d'élever une vingtaine de chevaux dont un étalon absolument superbe. Je serais incomplet si je ne mentionnais pas notre retour d'expérience sur cette étape pour le bénéfice de ceux qui pourraient s'y aventurer. Ne vous risquez surtout pas en vallée de Garonne un dimanche après-midi par temps chaud, c'est pire que « Death Valley » ! Pas un seul bistrot d'ouvert, y compris ceux qui proclament en caractères d’un mètre de haut qu'ils sont ouverts vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept ! Vous voilà prévenus et pour les intéressés, il y a visiblement là un marché à saisir.

Lundi matin, nous quittons à regret nos hôtes et mettons le cap sur Angoulême où nous devons retrouver Christian et Martine pour déjeuner. Mais en fin de matinée du côté de Ribérac, l'Italia décide que son rotor d'allumeur ne lui va plus. Elle ne consentira à repartir que munie d'un appendice de la couleur qui va bien, c’est-à-dire rouge avec l'inscription « DD » comme il se doit, la lecture des forums vous en dira beaucoup plus sur le sujet. Durant la petite demi-heure que dure cet intermède et tandis que nous attendons patiemment garés sur la berme, nous sommes agressés verbalement, il s'en faut d'ailleurs très peu pour que cela ne dégénère, par un autochtone très agressif qui se prétend propriétaire du bas-côté jusqu'à la chaussée. Espérons que l'Event 2015 en Périgord ne s'aventurera pas par-là...

bretagneL'après-midi se déroule sans encombre, par beau temps, à part deux incidents mineurs : je perds d'abord notre oriflamme, le « gwen-ha-du » qui flotte à l'arrière de la TR4, et surtout, en abordant la Vendée, Jacques s'arrête soudainement en entendant une violente détonation. On se demande encore s'il redoutait un problème mécanique ou une attaque des Chouans. Mais rien de grave, il s'agissait tout simplement de l'effaroucheur d'oiseaux utilisé par le maraîcher du coin qui saluait le passage de notre volée de Triumph.

Nous atteignons ensuite rapidement note maison d'hôte : une grande demeure du milieu du XIXème devant laquelle flottent sur le même mat le drapeau tricolore et la bannière fleurdelisée. Nous sommes chaleureusement accueillis par la maîtresse de maison 2014 Bretagne Event  (9)tandis qu'un couple de Belges 2014 Bretagne Event  (8)descendus à la même adresse se précipite sur nos voitures : ils viennent d'acheter une TR4... en Bretagne. Le propriétaire des lieux nous rejoint bientôt et nous fait découvrir son ancienne : une authentique Kübelwagen totalement dans son jus, complète avec sa kyrielle d'autocollants « Achtung » apposés aux endroits stratégiques de ce véhicule qui roule pratiquement tous les jours. Le dîner est fort animé, nous ne refaisons pas le monde, mais nous concentrons sur notre environnement plus immédiat qui suffit très largement à alimenter les discussions.

Le lendemain matin, nous n'entendons pas le clairon et manquons la levée des couleurs... mais faisons honneur au copieux petit déjeuner avant d'attaquer notre dernière étape vers la Bretagne. Après une semaine d'itinérance il nous tarde tous de rentrer au bercail et nous ne musardons pas en route. Tout juste sommes-nous un peu contrariés par la pluie qui nous accompagne, ça y est, nous sommes arrivés, durant le contournement de Nantes où Guy nous quitte pour filer sur Rennes.

Voilà, je crois vous avoir presque tout dit sur notre excursion à Quillan qui fut un véritable succès. D'abord grâce à l'Event 2014 qui restera un grand cru, ensuite pour les intéressantes rencontres faites le long de la route et l'accueil reçu lors de nos étapes en maison d'hôtes, sans oublier nos vaillantes Triumph qui n'ont en tout et pour tout réclamé qu'un rotor d'allumeur et une bobine de rechange, et bien entendu la bonne humeur indéfectible de leurs équipages.

A bientôt pour de nouvelles aventures en Périgord...

 


 

 

2014 - Bretagne - Pique-Nique Lançay

0000 Panorama Bretagne

Le Foll 1Pique-nique annuel des Bretons

 
dimanche du 29 juin 2014

par Pierre Le Foll

  

Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

Un mois après notre périple en Pays Cathare, il est temps de nous retrouver pour notre pique-nique annuel. Cette fois, nous avons abandonnés les rivages humides des Côtes d'Armor où nous avions été copieusement douchés l'an dernier pour redécouvrir quelques aspects plus verdoyants de la Bretagne intérieure, c'est à dire l'Argoat pour les bretonnants.

Nos dix équipages se retrouvent ainsi le dimanche matin sur le parking d'un hôtel à la sortie de Vannes. Les rescapés de l'Event 2014 sont heureux d'y retrouver Hélène et sa vaillante Herald cabriolet, ainsi que Vonny et Charly à bord de leur Spit, comme Marie-Claude et Yves en TR4, deux couples dont c'est la première sortie avec le Triumph Club de France Bretagne. Nous avons également l'honneur d'accueillir Marina et Kelvin, TR Register du Kent, qui sont en cours d'installation du côté de Josselin, mais dont les trois TR se trouvent toujours outre-Manche.

Après les bises et présentations d'usage, nous nous dirigeons vers les Tours d'Elven, également connues sous le nom plus évocateur de Forteresse de Largoet. Pas très connu, cet élément prestigieux de l'architecture militaire des XIV et XVème siècles vaut incontestablement le détour. Son donjon colossal qui passe pour être le plus haut de France culmine à cinquante-sept mètres au-dessus du fond des douves. Les esprits chagrins objecteront bien sûr que tout dépend de la profondeur des douves... J'en rajoute donc une couche en vous révélant qu'on accède au sommet par un escalier à vis de cent-soixante-dix-sept marches construit dans l'épaisseur des murs et desservant les sept niveaux de l'édifice. Le niveau bas est de forme octogonale, l'architecte possédait vraisemblablement une MG, le suivant est de forme hexagonale et tous les autres sont carrés, le tout tient debout !

 

2014-Bretagne-Lancay (1) 2014-Bretagne-Lancay (2) 2014-Bretagne-Lancay (3)

 

 

Juste le temps de prendre une photo de groupe tandis que nos Triumph marquent leur passage, nous poursuivons notre route vers notre lieu de pique-nique. En chemin nous traversons Malestroit, puis longeons le canal de Nantes à Brest avant de bifurquer vers Pleucadeuc, célèbre pour son rassemblement annuel des « Deux et Plus » qui réunit chaque 15 août de 1.000 à 2.000 jumeaux, triplés, quadruplés de tout âge, venus de la France entière et de bien au-delà. Ne vous attendiez-vous pas à une autre explication ?

2014-Bretagne-Lancay (4)

2014-Bretagne-Lancay (5)Nous atteignons finalement le Moulin de Lançay, magnifique ensemble fonctionnel, bien-entendu classé, dont l'origine remonte au moyen-âge. Ce domaine est néanmoins une propriété privée dont la gestion est assurée par « l'Association pour la sauvegarde et l'animation du Moulin de Lançay ». Une fois n'est pas coutume, la météo étant plutôt mitigée, nous sommes ravis de pouvoir déployer nos victuailles sur les tables dressées sous le chapiteau de l'association.

Après le déjeuner Henri Trelohan, un bénévole de l'Association, passionné par l'histoire et la technique meunière, a eu la gentillesse de nous consacrer une bonne partie de son dimanche pour nous faire visiter le site et ses installations, tandis que la roue à augets tourne à son rythme. Peter, quant à lui, en profite pour se faire un ami.

 

2014-Bretagne-Lancay (6) 2014-Bretagne-Lancay (7) 2014-Bretagne-Lancay (8) 2014-Bretagne-Lancay (9)

 

Après avoir assimilé toutes les subtilités de la meunerie, nous nous dirigeons vers Rochefort-en-Terre, ultime étape de cette journée.

La cité trouve son origine au XIIème siècle, lorsqu'un château est construit sur un éperon rocheux, la « Roche Forte ». Elle abrite toujours de fort belles demeures des XVI et XVIIème siècles et attire de très nombreux visiteurs.

 

2014-Bretagne-Lancay (10) 2014-Bretagne-Lancay (11) 2014-Bretagne-Lancay (12)

 

Notre journée s'achève par la visite de la ville et le verre de l'amitié. Pendant ce temps-là, Marcel et Peter, bons samaritains de service, sont appelés en urgence auprès d'une TR4 immobilisée sur le chemin du retour. Finalement ils n'auront pas à intervenir car son propriétaire, prévoyant, a déjà remplacé son rotor d'allumeur défaillant par la version ad-hoc : rouge avec les inscriptions « DD ». Vous allez dire qu’au fil des sorties, je me répète dans mes comptes rendus. Mais ne serait-ce pas plutôt la vie de nos Triumph qui est un perpétuel recommencement ?

 


 

 

2015 - Bretagne - Décrassage

0000 Panorama Bretagne

Le Foll 1Moncontour - Le printemps est là !

 

C'est le « décrassage »

 
dimanche 27 mars 2015

par Pierre Le Foll

 

Ce mois de mars très ensoleillé a permis à la région Bretagne Triumph Club de France de battre son propre record de participation avec treize équipages à l'appel. Çà c'est la bonne nouvelle !

Le revers de la médaille c'est que certains d'entre nous n'ont pas tout à fait saisi le sens du mot « Décrassage », ce qui nous a valu quelques no-show :

  • les TR4A de Marcel et Pierre ont décidé de se mettre à fuir qui d'un étrier de frein, qui d'une commande d'embrayage deux jours avant la sortie.
  • Hélène, tout juste de retour de sa migration marocaine n'a pas eu le temps de réveiller son cabriolet Herald, mais elle a tenu à nous honorer de sa présence.
  • Enfin Alain, victime d'un professionnel optimiste, attend avec de plus en plus d'impatience sa Spit 1500 livrable mi-février et a dû se rabattre sur sa moderne Peugeot.

Fort heureusement pour apporter une note positive, la TR4 d'Yves a récupéré sa boîte de vitesses la veille de nos retrouvailles et surtout nous avons eu le plaisir d'accueillir deux nouveaux membres, Marc et Pierre-Michel, qui nous viennent de Loire-Atlantique et qui, eux, participent aux sorties à bord de leurs très belles TR6. La réunification de la Bretagne des Triumph n'est donc plus une vue de l'esprit.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2015 Bretagne Decrassage- (1)

C'est donc à bord de l'Italia, d'une TR3, de quatre TR4 et TR4A, de trois TR6, d'une Spit MkIII, d'un coupé Alfa 1750, d'une Porsche 911 et d'une Peugeot 407 que nous nous retrouvons sous un ciel qui s'est trompé de saison : plafond bas, vent au nord, température ressentie de 4°C. Mais pas de pluie, ce qui doit suffire largement à faire le succès d'une sortie bretonne de début de saison.

Nous profitons de la chaleur du café-PMU local pour nous réchauffer autour d'un petit noir et faire les présentations des nouveaux venus.

À 9h45 tapantes, notre petite colonne s'élance sur les routes « costarmoricaines » à la suite de l'Italia et il ne faudra pas plus de dix kilomètres pour que son navigateur ne s'emmêle les crayons dans son propre road-book. La fierté bretonne l'emportant sur le demi-tour déshonorant, notre équipage de tête nous ramène promptement sur l'itinéraire prévu. Mais nous avons pour le coup zappé le charmant bourg du Quillio et son remarquable enclos paroissial.

Nous rejoignons rapidement Quintin par de petites routes qui nous offrent de beaux panoramas sur une campagne vallonnée. Nous y sommes attendus pour la visite du château. Conservé dans une même lignée depuis le XIIème siècle, le domaine de Quintin a vu se succéder de nombreuses familles : du Perrier, Rohan, Coligny, La Moussaye, Lorge, Choiseul, Polignac.

2015 Bretagne Decrassage- (2)

Nous y admirons une exposition de deux-cent-quatre-vingt pièces de céramique provenant de plus de vingt centres de production en France, toutes peintes à la main par de véritables artistes-peintres entre 1850 et 1916, ainsi qu'une originale collection de plus de deux-cent-cinquante menus d'hier à aujourd'hui, dont certains sont illustrés dans un registre assez coquin.

Il ne nous reste qu'une vingtaine de kilomètres avant d'atteindre le bourg médiéval de Moncontour où la municipalité nous a aimablement réservé un emplacement pour nos montures. Notre étape débute joyeusement par le déjeuner « Au Chaudron Magique » dans un cadre médiéval aux murs décorés d'épées, dagues, lances, fléaux, et au sympathique personnel en tenue d'époque. Pour rester dans le ton, nous revêtons également les tuniques et coiffes mises à notre disposition. Au se croirait au Carnaval de... Moncontour.

2015 Bretagne Decrassage- (3)

Nous poursuivons par la visite du « Théâtre du Costume », œuvre remarquable de sa non moins remarquable fondatrice, Carolyne Morel, charmante et excessivement dynamique costumière de quatre-vingt-sept ans. Après une carrière bien remplie, d'abord dans la haute couture puis ensuite et surtout dans les costumes de spectacle, Carolyne s'installe à Moncontour afin de transmettre son art. Elle a pour cela créé ce musée où elle expose ses personnages réalisés à l'échelle un tiers en bois et autres matériaux de récupération. Elle les habille dans une stricte reconstitution des costumes d'époque et les fait évoluer devant des tableaux qu'elle a composés et réalisés en relief et peints à l'huile, ce qui donne à l'œuvre une troisième dimension. Elle retrace ainsi la vie d'un chevalier à travers le moyen-âge à l'aide d'une centaine de personnages. Une autre section de son musée témoigne de l'évolution du costume de Louis XII à 1900.

Nous visitons ensuite le Musée de la Chouannerie et de la Révolution où nous retrouvons de nombreux personnages toujours réalisés par Madame Morel qui retracent les événements de cette période très mouvementée dans la région de Moncontour.

 

2015 Bretagne Decrassage- (4) 2015 Bretagne Decrassage- (5) 2015 Bretagne Decrassage- (6) 2015 Bretagne Decrassage- (7)

 

Notre étape se prolonge ainsi bien au-delà de l'horaire initialement prévu. Ce qui fait que nous décidons de zapper la suite du parcours qui devait notamment emprunter le circuit de la célèbre, tout au moins pour les aficionados Bretons, course de côte de Saint-Gouéno inscrite tout de même au Championnat de France de la montagne, altitude de 300 mètres oblige...

La journée s'achève par les embrassades habituelles et les promesses de retrouvailles, soit au salon de Rennes en avril, soit au pique-nique de Juin, sans oublier les plus téméraires qui vont participer à l'Event 2015 en Périgord.