Quoi de neuf ?

0000 Derniers Articles 1 France 1 Verte
Corsica 1 Corse 1
2019 Event 1 0000 Bretagne 1
2017 TR Euromeeting 1 0000 Drapeau Espagnol 1
   

 

 

Les Monts de la Madeleine

Dimanche 21 juillet 2019

Jean-Paul Lamy

 

Faut-il le répéter, trois ingrédients font le succès d’une sortie et ils sont bien réunis : le beau temps, le beau temps et le beau temps. Malgré un ciel un peu couvert aux premières heures de la matinée, nous subissons ensuite des températures extrêmement élevées. Cette canicule est-elle une amie ou une ennemie ? Comme toutes nos « anciennes » et leurs « vieux » passagers rentrent le soir à bon port, elle s’avère une alliée positive.

Au bar du Domaine de Randan, on se retrouve à l’heure convenue pour le petit déjeuner de circonstance. Nous avons le plaisir d’accueillir deux nouveaux membres, Marie-Line et Bernard. Quand vous découvrirez le métier de notre ami Bernard, vous comprendrez pourquoi il nous présente un vrai bijou qui vaut de l’or : une rutilante Triumph GT6 Mk2 « Signal Red ». L’animateur de région leur remet la plaque de rallye « Auvergne » pour sceller leur entrée dans le club. Bienvenue !

Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

Au nom de l’équipe organisatrice, Eric présente la sortie du jour, concoctée avec amour. N’oublions pas qu’il est plus motard que jamais (au guidon d’une Triumph) et qu’il affectionne particulièrement les petites routes étroites et délaissées. Monique et Patrice ont validé un parcours et des animations du plus grand intérêt, tout est parfait ! Nous sommes quasiment les seuls à emprunter des départementales oubliées, sinueuses à souhait, bordées d’arbres nous protégeant du soleil. Petit bémol, pourquoi rouler vers l’est le matin et vers l’ouest l’après-midi ? Certains affirment que c’est pour tester l’efficacité des pare-soleils. D’aucuns roulent à ciel ouvert, d’autres restent bien à l’abri, blottis sous leur capote pour se protéger d’un soleil ravageur.

Eric distribue les roadbooks et rappelle les règles essentielles de circulation en convoi. Il oublie de mentionner que le roadbook en carton peut parfaitement tenir le rôle d’éventail, l’absence de climatisation se faisant chaudement ressentir dans nos anciennes. Mais pourquoi s’excuse-t-il de vouloir nous faire cheminer le long de petites routes étroites et désertes ? C’est pourtant ce que nous adorons tous !

Quelqu’un, dont par charité on ne citera pas le nom, constate que la présence d’une vulgaire Caravelle ne peut que déprécier ce fier rassemblement d’authentiques cabriolets anglais. Ce à quoi le conducteur de la voiture française répond tout de go qu’au contraire, cela ne peut que mettre en valeur les belles Triumph.

Le Triumph Club de France est soucieux de son image et la porte haut. Elégance et symétrie sont au rendez-vous, avec deux emblématiques Triumph TR3 d’un rouge éclatant, celle de Monique et Eric ouvrant le convoi, celle de Christiane et Patrice fermant la marche. Personne n’ignore l’efficacité de Patrice, c’est un chien de berger efficace qui ne laisse aucune chance de s’échapper aux brebis éprises de liberté. Chose assez rare au milieu de la caravane, un joli cabriolet Herald Britt emmène trois personnes, au lieu des deux passagers habituels. Eh oui, il existe des Triumph familiales !

Ne pouvant pas participer à cette belle sortie mais venu en voisin Jean-Pierre, l’homme de Charmes (mais si !), vient nous saluer à bord de son extraordinaire Jaguar SS100. Ligne sculpturale, coloris scintillant, chromes étincelants, phares impressionnants, cuirs du meilleur aloi, tout y est. Mais aussi beau soit-il, ce splendide roadster est une réplique, ce que ne manquent pas de souligner nos incorrigibles « spécialistes ». Pour eux, c’est une voiture de « Kéké » pour frimer, dotée d’une mécanique décevante pour un pur-sang Jaguar. Moins jaloux et sans doute et plus esthètes, d’autres constatent que finalement, c’est une originale et intéressante évolution de la populaire « Coccinelle ».

Le convoi de vingt-quatre équipiers et douze voitures s’élance à l’heure prévue. Nous transitons par « Le Guérinet ». Saurons-nous un jour si ce haut-lieu de l’Allier est le berceau lointain d’un de nos camarades émérites ?

 

 

Nous traversons Saint-Yorre, temple du thermalisme, par bonheur sans tester ses fameuses sources, il faut économiser l’eau avec la sécheresse en cours. Nous quittons la vallée de l’Allier, montons jusqu’à Busset, avant d’attaquer la montagne bourbonnaise. Et c’est ainsi qu’après une navigation paisible, sans surchauffe, nous rejoignons le musée agricole de Saint-Clément. Perdu au fin fond d’une vallée isolée, ce discret musée cache bien son double jeu : une exposition de matériel agricole des temps jadis et un atelier de fabrication de sabots.

         
   
         
   
         

Exempt de tout sabotage au fil des ans, le vieux matériel à dupliquer les sabots de nos ancêtres fonctionne, manifestement sans tenir compte des normes de sécurité d’aujourd’hui, sinon quel en serait l’intérêt historique. Médusés, nous assistons à la fabrication d’un petit sabot de bois que Marie-Noëlle s’empresse d’emporter en souvenir. Malgré le talent qu’on lui connaît, elle n’a pas su convaincre le sabotier à l’ancienne de lui fournir une vraie paire à sa pointure.

Parmi les vieux tracteurs agricoles produits juste après-guerre, nous contemplons un « petit gris » Massey-Fergusson « TE100 », certes en piteux état, mais doté du même bas-moteur « Standard » que les premières Triumph TR. Donc côté mécanique, c’est une réunion de famille entre cousins.

         
   
         
 

Grand maître de l’horloge, Eric siffle la fin des flâneries au milieu de ce beau capharnaüm d’antan. Retour aux voitures. Nous revenons sur nos pas jusqu’au Mayet-de-Montagne où nous attend « La Vieille Auberge », tapie derrière l’église. Difficile de garer nos voitures, car la messe dominicale n’est pas terminée.

Avant de nous attabler, nous visitons la maison locale de l’artisanat, dont l’éventail des produits proposés est surprenant. S’ensuit un excellent repas dans un décor d’antan, désuet mais fort sympathique. Nous découvrons vieilles photographies et publicités d’un autre âge. L’ambiance est aussi au beau fixe. Certaines habitudes ont la vie dure, plutôt que de se mélanger afin d’être en contact avec le plus de monde possible, les couples ne savent pas se séparer le temps d’un repas, ils vont jusqu’à réserver leur place, hors de portée de voix de soi-disant amis. Craignent-ils des révélations savoureuses ou inattendues. Le temps passe agréablement, mais bien entendu, il nous faut être à l’heure pour admirer l’étonnante horloge de Lavoine.

             
       
             

Dès qu’on part pour Lavoine, les chevaux des Triumph sont tout excités, mais nous roulons doucement vers notre objectif, sans cravacher. Et nous voici devant l’horloge à eau et à billes, il n’y en aurait que trois dans le monde ! Entrainée par le flux continu et régulier de l’eau, une roue à aubes permet de remonter de grosses billes d'un bois exotique dans un dédale de goulottes calibrées qui basculent pour libérer leur contenu une fois un certain poids atteint. Et c’est ainsi que le temps passe, de chocs de billes en bascules de chenaux. On attend avec patience la prochaine heure ronde pour assister au grand branle-bas des billes qui dévalent leurs tobogans ! « Strike ! »

     
 
   
         

Comme le mécanisme digne d’Astérix le Gaulois risque de se gripper à tout moment pour de multiples raisons, Eric a suivi une formation appropriée pour remettre le système en marche en cas de dysfonctionnement. Bravo Eric : non seulement il est le maître du temps, mais il touche sa bille ! Chers amis organisateurs des prochaines sorties, pousserez-vous comme Eric la conscience professionnelle à un tel point ?

Tout le monde est passionné par l’impressionnant mécanisme, à la fois simple et complexe, rustique et ingénieux. Fins observateurs, les amoureux de la mécanique découvrent que la roue à godets est entraînée aujourd’hui par un discret moteur électrique. Pour couvrir le tout, la machine fonctionnant normalement à l’eau est bien à l’abri sous son toit. Enfin, le marketing de l’horloge gagnerait à être amélioré. Une bille de couleur parmi toutes les autres, sans aucune raison valable, amènerait moult questions sans réponse. De même, numéroter les boules pourrait faire croire à une loterie de fortune, et Dieu sait qu’il y a des adeptes !

Retour au bar du Domaine de Randan. Pas de surchauffe mécanique, nos voitures anciennes ont assuré ! Comme notre parcours est éloigné de la chaîne des Puys, personne n’a abandonné le convoi en cours de route et les vingt-quatre participants se retrouvent, tout comme le matin, à la terrasse de l’établissement pour le traditionnel pot de détente. Exceptionnellement, nous n’avons pas réaménagé la terrasse et avons bavardé sous le chaud soleil jusqu’à la fricassée de museaux de rigueur : joue contre joue et choc des lunettes.  Tous les participants sont satisfaits de cette balade sous un grand soleil, malgré la température plutôt étouffante !

Belle journée... Nous comptons sur les organisateurs de cette sortie réussie pour rééditer le même exploit l’an prochain. Bravo à Monique, Eric et Patrice. Comme à l’accoutumée, efficacité, originalité, gentillesse et modestie étaient au rendez-vous. Chers amis auvergnats, merci d’être venus si nombreux et à très bientôt.

     
    0000 Road Book

 


 

2019 Mulhouse BandeauAuvergneCités de l'Automobile et du Train

 

Samedi 6 et dimanche 7 avril 2019

Jean-Paul Lamy

 

Un week-end de printemps en Alsace

Peux nombreux, mais très motivés, cinq passionnés rejoignent la lointaine Alsace. Malgré un kilométrage redouté, c'est une expédition atypique sur un lieu de légende pour les amoureux de l’automobile ancienne : la visite de la « Cité de l’Automobile ». Ce grand musée met en valeur l'incroyable collection Schlumpf, absolument fabuleuse ! Comme un bonheur n’arrive jamais seul, nous commençons notre escapade alsacienne par la visite d'un autre musée national tout aussi passionnant, la « Cité du Train », le plus grand musée ferroviaire d’Europe. De la vapeur au TGV, nous ne sommes pas déçus par la découverte des chemins de traverses !

Heureusement, le meilleur l'a emporté sur le moins bon. Les deux musées sont fantastiques et notre bonheur fut complet. Même la météo d'avril s'est montrée relativement clémente. Petit bémol, l'hôtel envisagé, « Le Bristol » au centre ville étant complet, nous nous sommes rabattus sur un hôtel que nous nous empressons d'oublier. La chaîne Ibis a encore beaucoup de progrès à faire au niveau de l'accueil, de la qualité du petit déjeuner délibérément minimaliste et de l'insonorisation, nous n'ignorons rien des ébats fort sonores dans cet établissement parfaitement isolé de tout, sauf du bruit !

Mais oublions tous ces petits malheurs, tout va pour le mieux, la région Alsace du club sait vivre ! Un membre sympathique vient nous accueillir sur ses terres avec son épouse. Ils déjeunent avec nous puis nous accompagnent à la « Cité du Train ». On admire locomotives, voitures et wagons surgis du passé et partis sans crier gare ! Le progrès arrive à grands pas, sans  prendre en compte un romantisme ferroviaire jugé décadent. Pourquoi se priver du charme des wagons-lit de l'Orient Express, des voitures restaurant du Mistral et autre Capitole ? On déplore ces avancées technologiques style plateau-repas qui vouent aux gémonies l'agréable et doux confort d'antan ! Arrêtons ces erreurs d'aiguillage et revenons en arrière. De grâce, rendez-nous cette agréable molesse, ce voluptueux confort et cette adorable décoration art-déco qui ne saurait vieillir !

 Le soir, grâce à nos amis alsaciens, nous découvrons un excellent restaurant typique dans les ruelles piétonnes de la cité, « Le Saüwadala ». Mémorable et roborative choucroute, si, si, accompagnée de la découverte pour d'aucuns d'un excellent vin local : l'Edelzwicker ! Nous passons une excellente soirée. Alsace, Auvergne, les régions commencant par "A" sont bien inspirées ! Notre sympathique participante, professionnelle du piano à bretelles, s'est bien gardée d'ammener son accordéon, peut-être s'en remettra-t-on ! Nous rêvons toujours de parcours sans fausse note, nos sorties doivent monter en gamme ! Mais l'entrain et la gentillesse de notre amie ont vite fait oublier l'éclosion d'un « Bœuf » improbable !

 Cliquez sur les images pour les agrandir.

2019 Auvergne Mulhouse Restaurant 2019 Auvergne Mulhouse Train 1

2019 Auvergne Mulhouse Train 2     2019 Auvergne Mulhouse Train 3
     

0000 VideoLe lendemain, c'est l'apothéose avec la visite de la « Cité de l'Automobile ». Ce musée est réellement extraordinaire avec ses salles à thème éclairées par des reverbères copiés sur ceux du pont Alexandre III. C'est fabuleux, démesuré, inatendu !

Madrés, deux d'entre-nous se laissent tenter par une offre alléchante, moyennant finances : conduire une voiture ancienne sur le petit circuit de la « Cité de l'Automobile ». Ils délaissent momentanément la visite des salles du musée, l'un pour prendre le volant d'une Chevrolet Corvette C1, l'autre pour écouter vrombir une Porsche. Hélas, nos pilotes chevronnés découvrent qu'ils n'ont pas l'autorisation de dépasser les 70 kilomètres heure, même pas les fatidiques 80 ! Quelle tristesse de voir ces bolides se trainer lamentablement sur la piste, à la vitesse  de leurs ancêtres d'avant 1914 ! Cet intermède les prive d'une visite plus approfondie de l'exceptionnelle collection de la « Cité de l'Automobile ». 

2019 Auvergne Mulhouse Schlumpf 1

2019 Auvergne Mulhouse Schlumpf 2     2019 Auvergne Mulhouse Schlumpf 3
     
2019 Mulhouse 2   2019 Mulhouse 1
     

0000 VideoCette expédition est certainement à refaire, mais sur une période plus longue, trois jours pourquoi pas en semaine. Elle pourrait permettre de visiter trois musées :

  • la « Cité du Train » de Mulhouse,
  • la « Cité del'automobile » de Mulhouse,
  • « l'Aventure Peugeot » à Sochaux-Montbéliard.

0000 VideoNous savons que nous pouvons compter sur nos amis alsaciens pour leur sympathique accueil. Merci encore Martine et Norbert ! 

Le long retour a été animé par le sordide chant du Coyote, désagréable mais si utile. Les conducteurs s'en sont sortis une nouvelle fois sans contribuer au redressement des finances publiques, bien qu'il aient été systématiquement attendus au bout de tronçons rectilignes, au bas de descentes sans danger, voire dans des villages déserts le dimanche.

En tous cas, on retournera volontiers en Alsace !

 


0000 Panorama AuvergneAuvergneRetour au plateau de Gergovie

 

Samedi 30 mars 2019

Jean-Paul Lamy - Photos Chantal et Gérald

 

A Riom, au cœur de la plaine de Limagne, le stage de mécanique de printemps vient de se terminer. Un des participants de ce stage, Gérald, se joint aux dix-sept Auvergnats pour la première sortie régionale de l’année.

En fidèles Gaulois, nous ne restons pas dans la plaine, nous honorons la mémoire de Vercingétorix, notre héros arverne, en montant au plateau de Gergovie, sa dernière et grande victoire avant la tragédie d’Alésia.

2019 Auvergne Gergovie Panorama

Les trois conditions essentielles à la réussite d’une sortie sont bien réunies : le beau temps, le beau temps et le beau temps. Un autre facteur du succès de cette première randonnée est un kilométrage volontairement limité. En effet, nous ne maîtrisons pas les caprices de la météo et il aurait été dommage de parcourir une longue route par mauvais temps. Heureusement, le soleil est bien là.

2019 Auvergne Gergovie Orcines Relais des PuysRendez-vous pour un bon petit déjeuner au Relais des Puys d’Orcines, chez nos amis Isabelle et Valéry. Mais 8h30, c’est avant l’aube pour certains ! Le parking de l’hôtel accueille progressivement les voitures anciennes et nous prenons le temps de les admirer sous un soleil déjà chaud. Bons camarades, nous ne stigmatisons pas les afficionados de la nicotine qui jouent les prolongations à l’extérieur.

Puis le convoi prend la route. Onze voitures dont sept Triumph, le club n’a pas perdu son âme ! Frisant l’irrévérence, d’aucuns demandent à l’animateur de région de troquer son antique Renault pour une pimpante Triumph, peine perdue ! La Caravelle prend la tête du convoi. La belle TR3 rouge de Patrice, la plus ancienne de nos voitures, ferme la marche et perpétue avec brio la réputation des chiens de berger auvergnats !

Une petite halte au bord du lac d’Aydat s’impose, avant d’emprunter une jolie route sinueuse qui nous offre des panoramas exceptionnels sur les monts du Sancy encore enneigés. Au fil des kilomètres, le paysage change sans cesse et nous présente différentes facettes de notre chère Auvergne.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2019 Auvergne Gergovie (6)   2019 Auvergne Gergovie (7)   2019 Auvergne Gergovie (8)   2019 Auvergne Gergovie (9)
             
2019 Auvergne Gergovie (10)   2019 Auvergne Gergovie (11)   2019 Auvergne Gergovie (12)   2019 Auvergne Gergovie (13)
             

Nous arrivons à Saint Saturnin, petit bourg qui recèle un trésor, la plus petite des cinq églises romanes majeures d’Auvergne, elles sont si belles ! Sur la place du village, derrière le Tub Citroën rutilant et la 2 CV de service du « Bistrot d'ici », dument estampillé bistrot de village, nous finissons par trouver notre guide, il est discret, charmant et peu bavard, fait exceptionnel dans cette engeance.

             
2019 Auvergne Gergovie (14)   2019 Auvergne Gergovie (15)  2019 Auvergne Gergovie (16)   2019 Auvergne Gergovie (17)  
             

Nous déambulons le long des ruelles de la vieille cité viticole où les petites habitations sont perchées au-dessus des caves et celliers. Nous longeons ensuite le grand château, avant d’atteindre l’église romane dont le soleil éclaire les pierres blondes. Nous flânons dans le petit jardin qui offre une vue exceptionnelle sur l’abside de l’église, c’est l’ancien cimetière qui surplombe la rivière, la Monne serpentant en contrebas. En raison de l’éternel chronomètre et de la forte pente des calades, nous n’allons pas explorer les lavoirs sis au fond de la vallée.

             
2019 Auvergne Gergovie (18)   2019 Auvergne Gergovie (19)   2019 Auvergne Gergovie (20)   2019 Auvergne Gergovie (21)
             
2019 Auvergne Gergovie (22)   2019 Auvergne Gergovie (23)   2019 Auvergne Gergovie (24)   2019 Auvergne Gergovie (25)
             

 Nous découvrons la belle église, descendons dans la crypte, admirons les vitraux que le soleil met bien en valeur. Notre guide fait l’éloge de sa cité, c’est légitime. Il nous entraine dans les vieilles ruelles piétonnes, bien pentues et bordées d’anciennes demeures généralement bien restaurées. Son grand mérite est de nous avoir donné envie de revenir à Saint Saturnin, village que la majorité d’entre nous connaissait, mais traversait sans s’arrêter, ignorant ses trésors cachés.

             
2019 Auvergne Gergovie (26)   2019 Auvergne Gergovie (27)   2019 Auvergne Gergovie (28)   2019 Auvergne Gergovie (29)
             

 

Retour aux voitures sous un beau soleil. Les plus hardis n’hésitent pas à décapoter. Le convoi s’ébroue et prend la direction de Gergovie. En passant par Chanonat, nous admirons au passage le château de La Bâtisse, enchâssé dans l’étroite vallée, avant d’attaquer la petite route qui monte jusqu’au plateau historique.

Nous alignons nos autos devant le monument érigé à la gloire de Vercingétorix et bénéficions d’une extraordinaire vue plongeante sur Clermont-Ferrand et ses environs. Avec un beau soleil, la visibilité est excellente.

             
2019 Auvergne Gergovie (30)   2019 Auvergne Gergovie (31)   2019 Auvergne Gergovie (32)   2019 Auvergne Gergovie (1)
             

Le restaurant « La Hutte Gauloise » nous attend. Nous nous entassons dans une petite salle bien sympathique, avec une vue panoramique sur la plaine. Après le kir de rigueur, nous avons droit à un menu certes épuré, mais excellent : une potée auvergnate roborative suivie d’un vacherin spectaculaire, le tout arrosé d’un « petit » vin rouge local.

             
2019 Auvergne Gergovie (2)   2019 Auvergne Gergovie (3)   2019 Auvergne Gergovie (4)   2019 Auvergne Gergovie (5)
             

Retour au Relais des Puys par le chemin des écoliers. On passe devant le célèbre circuit de Charade, où les riverains arrivés bien après l’installation de la piste ont pratiquement réussi à mettre fin à toute manifestation sportive !

Avec le printemps l’arrivée de la nuit est plus tardive. Aujourd’hui, nous profitons d’une belle soirée d’été. La terrasse derrière l’hôtel, bien abritée, est chauffée par un soleil ardent. C’est le pot de détente qui met fin à cette belle première sortie de l’année.

Un convoi soudé, pas de panne, pas de prise de tête à chaque carrefour, une bonne humeur communicative, de bons échanges, que souhaiter de mieux ?

Merci les amis d’être venus nombreux. A nous revoir bientôt !

     
0000 Road Book      0000 Participants
     

 


2017 Auvergne Chaine des PuysAuvergneAssemblée régionale Auvergne

 

Galette des rois

 

Samedi 12 janvier 2019

L'animateur de la région

 

Pour notre assemblée régionale et la galette des rois, nous profitons des locaux de l’association amie « Auvergne Plaisance et Croisière ». Nous apprécions la salle de cours pour l’assemblée régionale et surtout le bar « La Trinquette » pour la galette des rois.

         
    Cliquez sur les images pour les agrandir    
2019 Auvergne Galette des Rois Trinquette 1              2018 01 13 Assemblée Régionale Couronne              2019 Auvergne Galette des Rois Trinquette 2
         

Mais une grande inquiétude règne… Ce samedi, les gilets jaunes doivent parcourir Clermont-Ferrand et surtout défiler devant les locaux du club où nous nous réunissons. Heureusement, aujourd’hui ils sont pacifiques et tout se passe bien.

 

Assemblée régionale

2019 Auvergne Assemblee Regionale JPLTous nos adhérents ayant répondu à la convocation sont bien là. Nous sommes donc vingt-sept plus un enfant que ses grands-parents n’ont pas abandonné.

Tout d’abord, l’animateur de la région présente rapidement les nouveaux adhérents, notamment nos amis du Garage de Paris qui hébergent bien amicalement nos stages de mécanique rencontrant un beau succès. Il déroule ensuite rapidement l’ordre du jour, brefs commentaires à l’appui :

  • rappel de l’activité de l’année écoulée,
  • approbation des comptes de la région,
  • remplacement ou renouvellement de l’animateur,
  • programme 2019,
  • questions diverses.

L’activité de la saison écoulée a été riche et appréciée. Les comptes sont approuvés sans réserve.

Patrice Guérin se porte candidat pour animer la région, fonction qu’il a déjà occupée sept années durant. L’animateur actuel est candidat à sa propre succession. Cela implique un vote à bulletin secret. C’est Jean-Paul Lamy qui est reconduit dans la fonction. Il remercie ses amis auvergnats de leur confiance.

Le programme 2019, encore à l’état de projet pour les sorties régionales, appelle quelques commentaires. Pourquoi n’y a-t-il pas de sorties en juin, le plus beau mois de l’année ? Plusieurs raisons expliquent cela :

  • éviter la concurrence avec le Triumph Event qui se termine début juin,
  • profiter de belles sorties d’autres régions, dans l’Aubrac voisin par exemple,
  • participer à des sorties lointaines comme la Transpyrénéenne, etc.

Quelques « binômes » de volontaires sont déjà prêts à organiser une sortie régionale, qu’ils en soient remerciés. D’autres se proposeront certainement en cours de saison.

En plus des sorties prévues au calendrier Jean-Paul propose une expédition de deux jours en voiture moderne pour aller à Mulhouse visiter deux sites vraiment exceptionnels, la Cité de l’Automobile (collection Schlumpf) et la Cité du Train. Il invite ses amis auvergnats intéressés à se faire connaître.

Quelques participants ayant eu beaucoup de mal à se garer en ville samedi souhaitent que la prochaine assemblée régionale ait lieu le dimanche. Bien entendu, il leur sera donné satisfaction.

Enfin Jean-Paul, responsable du site informatique depuis une dizaine d’année, ne trouve pas de successeur bénévole au sein du club. La tâche serait-elle trop lourde ? Pour pallier cette difficulté, le président envisage de confier le site à un prestataire extérieur.

 

Galette des rois

L’ensemble des participants quitte la salle de réunion pour se retrouver à « La Trinquette ». Les nouveaux adhérents découvrent avec surprise ce bar original qui fleure bon la marine d’antan.

 Les barmen d’un jour, dirigés avec maestria par Georges, agissent avec une dextérité de professionnels, le champagne pétille et les amateurs apprécient les galettes traditionnelles et la désormais célèbre pompe aux pommes de Marie-Noëlle.

L’ambiance est conviviale et avec le champagne, les échanges vont bon train. On évoque le passé et surtout on parle d’avenir. Au fil de la dégustation des galettes, des rois se font connaître…

     
2019 Auvergne Assemblee Regionale JPG              2019 Auvergne Assemblee Regionale GM
     

Merci à Jacques de s’être chargé de l’approvisionnement en galettes. Enfin bravo à nos épouses qui ont rapidement remis en état les locaux de nos hôtes : à la fin de la soirée, ils n’ont jamais été aussi propres ! On reviendra !

Excellente année 2019 et à très bientôt sur les routes.

         
0000 Programme         0000 Participants        0000 Contact
         

 


0000 Panorama Auvergne

AuvergneRepas de fin d'année à Chauriat

 

Samedi 15 décembre 2018

Jean-Paul Lamy

 

Cette année, c’est la première fois que la région Auvergne du Triumph Club de France organise un repas de fin d’année. Cette sortie hivernale ne fait pas double emploi avec l’assemblée régionale de janvier suivie de la traditionnelle galette de rois.

Un petit conte de Noël… Il était une fois un petit village de l’Auvergne profonde, loin des sentiers battus. Au cœur de ce village une grande demeure, dotée d’une tour néo-gothique, abrite une auberge de campagne, revendiquant le curieux titre de restaurant semi-gastronomique. Nous ne serons pas déçus.2018 Auvergne Fin Annee Chauriat Tout le monde est bien là à l’heure dite, sauf l’animateur de région qui arrive avec un retard qui lui vaut un accueil mouvementé… mais chaleureux. La longue table accueille les quinze convives, enchantés par l’originalité et la qualité de l’excellent repas proposé, accompagné de vins à la hauteur. Merci à Chantal et à Georges, qui ont découvert ce lieu atypique à quelques lieues de leur fief de La Roche Noire. Beaucoup d’entre-nous reviendront dans cet endroit privilégié : « Le Clos des Sens » à Chauriat.

On se sépare en se donnant rendez-vous à « La Trinquette » samedi 12 janvier prochain, pour célébrer le nouvel an avec galette des rois et champagne. Donc bonnes fêtes de fin d’année et à très bientôt !

0000 Participants



© Triumph Club de France- Association à but non lucratif - Loi de 1901 - Logiciel Joomla - Licence GNU/GPL           V02.5