Quoi de neuf ?

0000 Derniers Articles 1 France 1 Verte
2018 Grandes Alpes 1 Suisse 1
0000 Magny Cours 1 Bourgogne 1
Morges 1 Suisse 1
2017 Event 1 0000 Auvergne 1
2016 Entente Cordiale 1 2016 Drapeau UK 1


Imprimer Envoyer

Retour à l'accueil
  
Chazaud 2Le mot du Président

Premier trimestre 2011

par Jacques Chazaud

 

 

Si, comme moi, vous lisez les revues spécialisées en automobiles anciennes, vous aurez sans doute remarqué, ces derniers temps, une tendance récurrente des éditorialistes à s'épancher sur leurs soucis de points perdus et d'amendes « injustifiées » pour dépassement de la vitesse autorisée avec leur bolide.

 

Outre le fait qu'il ne me semble pas gratifiant de dépenser mes euros pour lire ce genre « d’information », je pense que nos amis plumitifs se trompent de combat. Les limitations de vitesse sont un fait acquis dans le monde entier, il n'y aura pas de marche arrière, et ça n'est certainement pas un problème majeur pour nos anciennes, pour peu qu'on soit un peu vigilant en agglomération.

 

Des menaces plus lourdes pèsent pourtant sur notre passion. Citons en vrac : la stupidité des nouveaux contrôles techniques, qui peuvent mettre au rebus une auto sans frappe à froid sur le châssis alors que le constructeur n'en a pas prévu (technocrate fou ! : on a du mal à saisir le lien avec la sécurité), t'interdiction potentielle de rouler certains jours, et/ou dans certaines zones touristiques, pour cause de pollution (écologiste égoïste et incompétent !), j'oublie la mise au pilon des véhicules avec de l'amiante dans le joint de culasse, puisque nos chers technocrates fous ont reculé sur ce point (sans doute les mêmes qui sont sûrs, mais alors vraiment sûrs, de la sécurité des centrales nucléaires...). La réglementation débile qui oblige (en théorie) lors de nos sorties à faire précéder et suivre chaque groupe de véhicules anciens d'un véhicule moderne avec gyrophare (imaginez l'ambiance au Triumph Event si on rappliquait !), l'obligation pour chaque club d'avoir un agrément « agence de tourisme » pour organiser un pique-nique de 10 voitures un dimanche. J'arrête là cet inventaire à la Prévert.

 

Alors que faire ? Rester vigilant, bien sûr, soutenir les actions de la FFVE notre fédération, et faire un maximum de lobbying autour de soi. Expliquer que les 340 voitures de notre club polluent moins en une année qu'un Airbus pendant les 30 premières secondes du décollage, ou qu'un troupeau de 30 vaches salers (ou bretonnes, ou normandes) qui pètent tous les jours dans leur prés, raconter comment nos voitures ne causent jamais d'accident (c'est pour cela que nos assurances sont si peu chères)... Et bien sûr, avoir un comportement irréprochable sur la route, au stationnement, aux passages cloutés...

 

Mais ça, ça fait bien longtemps que les membres du TCF le pratiquent ! Gardons le moral, et bonne route à tous...

 

 
Imprimer Envoyer

Retour à l'accueil
  
Chazaud 4   



Editorial

Jacques Chazaud - Président

 

 

Au seuil de cette nouvelle année 2011, je voudrais tout d’abord rappeler quelle est la philosophie de notre club. Notre but est de rassembler nos membres lors de sorties touristiques, autour des véhicules de la marque Triumph, ou de la voiture ancienne en général. Nous ne proposons pas de compétition, ni de rallyes de régularité, d’autres clubs le font très bien. Notre seul souhait est de faciliter la rencontre et le dialogue entre passionnés. Nous sommes et resterons le club de toutes les Triumph, en acceptant néanmoins quelques autres marques, sous réserve que leurs propriétaires soient sympathiques et partagent nos principes. Cette philosophie est inscrite dans les gènes de notre club, nous entendons continuer dans cette voie.

Quels sont nos objectifs pour les mois à venir ?

Notre premier objectif demeure le développement de notre présence régionale en France, afin de proposer à chaque passionné de la marque un contact local, c’est à dire un correspondant représentant le club, à même de proposer des sorties de proximité, de renseigner les candidats adhérents, en un mot de faire vivre le club localement. Cette politique de proximité, définie il y a quelques années déjà, a été poursuivie avec succès puisqu’il y a désormais 13 régions en France. C’est à notre avis la seule façon de faire vivre un club national, c’est à dire en fait le décentraliser, si possible avec des régions de petite taille. Nous poursuivrons bien sûr ce projet. 

Parallèlement, nous avions décidé il y a un an d’ouvrir le club vers l’étranger, en prenant des contacts avec les clubs Triumph en Europe qui souhaiteraient échanger et correspondre avec nous. Sous l'impulsion de mon prédécesseur, nous avions déjà amorcé avec bonheur ce type de relation lors de notre voyage à Goodwood en 2009. Cette année, lors du Triumph Event 2010, nous avons eu le grand plaisir d’accueillir, outre nos fidèles amis helvètes, deux équipages belges et deux équipages britanniques. Pour poursuivre ce développement hors de nos frontières, nous avons créé un poste de Coordinateur International.

Au plan financier, nos objectifs essentiels sont toujours d'actualité. Nous nous efforcerons de maintenir des activités de qualité à des prix raisonnables, sans augmenter les coûts pour les adhérents par rapport à l'année dernière. Nous ne majorerons pas la cotisation, qui reste à 55 euros. Par ailleurs, nous nous sommes fixé un cap de 700€ à ne pas dépasser pour l’Event, qui reste l'une des sorties les plus onéreuses de l’année. Ce challenge économique a été tenu pour l’Event 2010 en Bretagne, il le sera en 2011 dans le Jura, mais il n’est pas dit que ce sera toujours le cas, nous sommes en effet totalement dépendants des restaurateurs et des hôteliers, selon les régions.

Voilà donc les objectifs que nous nous sommes fixés. Je vous souhaite à tous une bonne saison 2011.

 
Imprimer Envoyer

2015 Actualite Quarante Ans Bandeau
  

2015 TR3 Bruhat 60 AnsLamy 4   
 

0000 ContactTR3 60 ans de success story

mai 2015

par Jean-Paul Lamy


Emblématique Triumph TR3, digne héritière de la TR2 ! Tout un style, tout un art de vivre, toute une époque !

Sacré roadster anglais, rustique à souhait, avec son long capot, son regard saillant, ses hanches délicieusement galbées, ses portières échancrées pour rouler coude au vent, pourquoi pas « singing in the rain ». Voiture inconfortable, « so british indeed » aux lignes à la fois brutes et sensuelles, complice efficace des dragueurs des années soixante... Ah nostalgie, quand tu nous tiens !

La TR3 avait tout pour plaire : un look ravageur, des robes légères aux couleurs primesautières, un cockpit plutôt intimiste, des décibels envoûtants. Succéder à la TR3 ne fut guère facile. Ses petites soeurs et autres jolies cousines anglaises s'embourgeoisèrent trop pour lui faire de l'ombre. C'est finalement pour tous ses défauts qu'elle est si prisée aujourd'hui et qu'elle n'a pas vieilli dans nos coeurs. Le désir qu'elle suscite n'est pas prêt de décliner.

Les soixante ans de la TR3 ne laisseront pas indifférents tous nos amis et c'est avec bonheur qu'ils participeront aux sorties Triumph Club de France au volant de leur fidèle compagne. Les années ont passé, la petite anglaise est devenue un peu cougar, mais qu'importe, le plaisir est toujours là...

 


 

 
«DébutPrécédent1234SuivantFin»

Page 4 sur 4

© Triumph Club de France- Association à but non lucratif - Loi de 1901 - Logiciel Joomla 1.5.26 - Licence GNU/GPL           V02.5