Quoi de neuf ?

0000 Derniers Articles 1 France 1 Verte
2018 Grandes Alpes 1 Suisse 1
0000 Magny Cours 1 Bourgogne 1
Morges 1 Suisse 1
2017 Event 1 0000 Auvergne 1
2016 Entente Cordiale 1 2016 Drapeau UK 1
Imprimer Envoyer

0000 Panorama Perigord
PerigordCité médiévale de Rions

 
2ème Rallye Balade

Dimanche 1er octobre 2017

Alain Dufour


Rappel du programme

 

A l’instar de l’an passé, compte tenu du joli succès remporté par la première édition de « La journée des artisans d’art », la municipalité de Rions programme de nouveau cet événement comme le deuxième « Rallye Balade de véhicules de collection », à la découverte des coteaux de Garonne et du Sauternais durant toute la matinée. Quant à l’après-midi, nos belles anciennes s’exposeront sous toutes leurs coutures sur la place de la cité médiévale.

     
2017 Perigord Rions 1 2017 Perigord Rions 2 2017 Perigord Rions 3
     

Si vous voulez être de la fête, comme le nombre maximum de véhicules est fixé à 25, nous vous invitons à nous retourner votre bulletin de participation avant le 31 mai 2017.

     

08h15

  
Rendez-vous dans la cour de l’école, 4 chemin de Versailles, où un accueil café chaleureux nous sera
réservé
cadeau sympathique de Jean-Claude, au nom de sa commune
     
09h15   Départ pour Préchac
     

10h15

 

Visite guidée du château royal de Cazeneuve, propriété d’Henri IV et joyau des ducs d’Albret
dont le parc magnifique est classé monument Historique

     
12h00   Retour vers Rions pour déjeuner au « Chaudron d’Anna »
     

14h30

 

Après-midi libre - La jolie cité médiévale de Rions et les œuvres des artisans d’art qui y exposent
ne manqueront pas de nous séduire

     

 


 
Imprimer Envoyer

2017 Perigord Fumel Bandeau
Vous appréciez le tourisme industriel

PerigordVous aimez la nature et l’histoire

C'était le dégommage à Fumel

 

Samedi 25 et dimanche 26 mars 2017

Marylène et Alain Dufour

 

   Cliquez sur les images pour les agrandir.

2017 Perigord Fumel ForteresseDans la basse vallée du Lot Fumel, dans le département du Lot-et-Garonne, représente un lieu de passage entre Lot et Dordogne. Cette grosse bourgade de 5.000 habitants mérite cependant que nos anciennes et leurs équipages s’y arrêtent, car elle recèle des atouts touristiques et des trésors de son passé industriel.

Alors, pour ce dégommage 2017, nous vous avons concocté un programme éclectique. Il allie en effet visites techniques et historiques au gré de routes verdoyantes et tranquilles. Rien de tel pour bien « mettre en roues » nos anciennes qui prennent de l’âge !

Comme d’habitude, tout au long de ces deux jours, nous vivons au rythme de la bonne humeur légendaire de l’équipe et partagons le plaisir de rouler ensemble.

 

Rappel du programme

2017 Perigord Fumel CentraleSamedi 25 Mars

 

09h30 - Rendez-vous à l’Office du Tourisme de Fumel, place Georges Escande.

10h00 -Visite commentée de l’usine hydroélectrique EDF de Fumel. Mise en service après la seconde Guerre Mondiale, elle était destinée à l'alimentation en énergie électrique de l'usine métallurgique de la ville. Du type « au fil de l'eau », cette centrale est construite en béton et composée d'un barrage à clapets de sept mètres de hauteur qui, outre l'acheminement de l'eau vers deux turbines de type « Kapler », permet la régulation de la hauteur d'eau du Lot au niveau du bief de Fumel. La production permet l'alimentation électrique de 7.000 foyers en énergie propre et durable.

2017 Perigord Fumel Briqueterie12h30 - Déjeuner à la brasserie Raust, 1 place Georges Escande à Fumel.

14H00 - En route pour la briqueterie Tellus Ceram située à Monsempron-Libos où une visite guidée nous attend. La briqueterie date des années 1910. Elle a appartenu à différents grands groupes industriels français ou étrangers dont Saint-Gobain, Lafarge, Hepworth, Alpine, Vesuvius…

Grâce aux hommes, cette entreprise a accumulé et développé du savoir-faire et des technologies innovantes, tout en respectant une qualité exemplaire. Pour la fabrication des matériaux réfractaires, cette briqueterie fut l’une des premières entreprises françaises à développer la technologie de pressage.

Vers 16h00 - Grande première au Triumph Club de France : formation à la conduite et prise en mains des anciennes par les copilotes généralement féminines. Un moment épique à ne pas rater, fous rires garantis !

Vers 18h00 - Installation au « Brit hôtel Confort », hôtel trois étoiles situé sur les berges du Lot, place Léo Lagrange à Fumel. Dîner et hébergement. Parking privé. Wifi gratuit.

 

Dimanche 26 Mars

2017 Perigord Fumel Village10h30 - Départ pour Penne-d’Agenais, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Fumel.

11h15 - Visite guidée et pédestre de cette jolie place forte médiévale. Penne-d'Agenais, village de caractère du XIIIème siècle avec ses remparts, ses portes de ville et son sanctuaire Notre-Dame-de-Peyragude, lieu de pèlerinage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

12h30 - Déjeuner traditionnel au temple du pruneau, la ferme auberge du Lacay, lieu-dit Rigoulières à Penne-d’Agenais.

16h00 - Fin de la sortie, toujours à regret.

 

 

 


 
Imprimer Envoyer

0000 Panorama Perigord
PerigordQuand expertise et repas

 

de fin d'année font bon ménage

 

dimanche 30 octobre 2016

par Marylène et Alain Dufour

 

Pour cette ultime rencontre 2016, nous avions commandé le soleil au préalable et sommes vraiment exaucés le jour J : une météo idéale accompagne les quinze participants tout au long de la journée. La preuve ? Toutes les capotes étaient repliées.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2016 Perigord Fin Annee (4)Deux temps forts au programme de ce dimanche :

Sainte-Alvère pour la matinée consacrée à l’expertise des six véhicules de participants qui s’étaient inscrits pour cette prestation menée tambour battant par le représentant de la société Classic Expert avec laquelle le Triumph Club de France a conclu un marché.

Saint-Félix-de-Reilhac pour le déjeuner prévu à « L’auberge des Cinq Chênes » à une quinzaine de kilomètres. Objectif ? élaborer tous ensemble une ébauche du programme des sorties de l’année prochaine.

 

2016 Perigord Fin Annee (1) 2016 Perigord Fin Annee (2) 2016 Perigord Fin Annee (3)
     

Comment décrire cette auberge et ce que l’on y mange ? Tout est à l’image de Rémi, le restaurateur et propriétaire des lieux : champêtre, rustique, à la bonne franquette et original. Exemple : à l’intérieur de la salle de restaurant, à côté des tables trônent sa Panhard et sa Motobécane.

Ouverte depuis 1982, cette auberge n’est connue que de seuls initiés, il faut dire qu’elle se trouve hors des sentiers battus, en pleine nature, au milieu de la forêt. Rémi y cuisine seulement quand il en a envie et quand les produits naturels de la région l’inspirent. Sa spécialité, c’est les champignons. Et, saison oblige, il y en a…

Le menu s’inspire des plats traditionnels du terroir. En guise d’apéritif, un Picon/vin blanc accompagné de tranches de grenier médocain apportées par Marie-Lou et Alex, histoire de reproduire la dégustation appréciée de cette spécialité girondine que nous avions improvisée trois semaines plus tôt lors de la sortie arcachonnaise… Succès garanti ! Puis nous est servie une soupe paysanne, le genre « qui tient bien au corps » et prétexte bien sûr pour les seuls représentants masculins à « faire chabrot ».

Suit une généreuse assiette périgourdine avant l’arrivée du plat de résistance, pour ceux qui auraient encore une petite place, un copieux civet de chevreuil, accompagné de pommes de terre à la graisse d’oie et de champignons, évidemment ! Fromage bien sûr et gâteau roulé aux figues… arrosé par une « goutte » maison que Rémi est heureux de faire déguster tout en parlant voitures et mécanique.
 2016 Perigord Fin Annee (5)

Au gré des plats, nous établissons la trame des événements de 2017. Une liste à la Prévert, mêlant des lieux et thématiques totalement différents. Parmi les six dates retenues, journées seules et week-ends, retenons une grande première plébiscitée par ces dames : la prise en mains du véhicule ancien de leur pilote mais attention, avec un « instructeur » désigné par tirage au sort… Pour les autres événements, un tableau récapitulatif se trouve page suivante. Bien évidemment, il est susceptible d’évoluer en fonction de l’actualité.

Vers 16 heures, nous nous quittons, repus de nourriture mais aussi de rires et de moments de bonne humeur. Rendez-vous est déjà pris, lors du déjeuner prévu en février pour se souhaiter tous une bonne et belle année 2017, émaillée de jolies sorties.

 


  

 
Imprimer Envoyer

2016 Perigord Arcachon Bandeau
Perigord

Arcachon et son bassin

 

pour une échappée pleine d'entrain

 

du vendredi 7 au dimanche 9 octobre 2016

par Marylène Dufour

 

Vendredi 7 octobre : prélude

Sur les dix équipages qui avaient répondu présent, pour participer à l’ultime croisière de l’année, la plupart d’entre eux devancent l’appel. Six couples, comme souvent, se retrouvent à bon port dès le vendredi en fin d’après-midi. Il faut avouer que la météo clémente incitait à rallier le bassin le plus tôt possible, toutes capotes repliées, bien sûr ! Rendez-vous est fixé à l’hôtel « Le Dauphin », une villa ancienne au charme suranné, située en plein centre de la ville d’été, à quelques encablures du front de mer.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

2016 Perigord Arcachon Panorama

Samedi 8 octobre : à nous la ville des quatre saisons

Pour les passagers arrivés la veille, cap pédestre sur la jetée Thiers pour retrouver le reste des participants, quatre équipages, et rejoindre tous ensemble l’embarcadère puis descendre la passerelle jusqu’à notre bateau. L’occasion de vérifier pour les passagers « Triumphistes » qu’ils ont bien le pied marin. Notre destination ? Un tour guidé du bassin avec comme ligne de mire la célèbre île aux oiseaux à laquelle Pascal Obispo rend un si bel hommage, « Je suis tombé pour elle. Je n'ai d'yeux que pour elle ». « Ma maison, ma tour Eiffel. Quand mes amours prennent l'eau…L'île aux oiseaux ». Accoudés au bastingage pour les plus téméraires, l’air est frais, ou assis à l’intérieur, nous longeons les fameuses cabanes tchanquées, les parcs à huîtres et cabanes ostréicoles colorées, sans oublier les prestigieuses villas pieds dans l’eau de la presqu’île du Cap Ferret. Fred, le capitaine et enfant du pays, commente la balade d’une manière captivante en émaillant son discours de multiples anecdotes : histoire, pêche, chasse, ostréiculture, architecture, tourisme, vie quotidienne cuisine, bref deux heures de plaisir maritime pour tous, sur les eaux toujours calmes du bassin, donc sans mal de mer.

Il est reconnu que l’air du large creuse, alors il est temps d’embarquer dans nos vaisseaux « Triumphants » pour accoster au port de pêche et de plaisance de l’Aiguillon. Bienvenue dans la ville d’automne arcachonnaise et plus précisément au « Santa-Maria », un restaurant qui surplombe une bonne partie du bassin. A tous les menus du week-end, un parti pris : des produits de la mer, crustacés et poissons frais, tout un programme !

Quoi de plus sain et vivifiant qu’une promenade digestive après le déjeuner ? En route pour le parc mauresque, véritable poumon vert de la ville d’hiver : quatre hectares de pins. Il tient son nom exotique du casino d’inspiration mauresque ouvert en 1863 et détruit par le feu en 1977. De là, s’offre à nous une vue panoramique unique sur le bassin et telles des vigies, nous scrutons l’horizon…

Parvenus à la plage Péreire, nous y faisons escale pour admirer la beauté naturelle du site qui fait partie de la ville de printemps. Là, à notre grande surprise, un petit garçon adorable et sans doute pilote en herbe, monte à bord de plusieurs TR3, fier d’actionner tout seul leurs klaxons sous les regards amusés de ses parents et les nôtres aussi. On immortalise tous la scène…

2016 Perigord Arcachon Bassin 2016 Perigord Arcachon TR3
   

Au moment de reprendre notre virée, une TR4 se mutine : panne moteur, avarie totale ! Tel un seul homme, les navigateurs explorent la salle des machines, oups pardon, le moteur tandis que les femmes s’écartent sagement de la coque. Le diagnostic tombe : la batterie a rendu l’âme. Mille sabords, foi de « Triumphistes », le bateau ne restera pas longtemps à quai ! Tandis qu’Alain, accompagnée de la régionale de l’étape Marie-Lou et d’un équipage de secours en « moderne » font route vers la Teste pour acheter une nouvelle batterie, le reste de la troupe met la barre à l’ouest et cabote le long de la côte. Pour moi, l’occasion de tester, en tant que passagère bien sûr, les sensations de la TR3 d’Alex, notre capitaine du week-end, inoubliable !

Bordé de propriétés toutes plus belles les unes que les autres, le rivage nous enchante, la dune du Pyla, toujours fidèle, se dévoile sur son mille marin et demi de longueur. Alex, jette l’ancre à la plage de la Lagune. Autrefois, il y avait une grande lagune à cet endroit mais elle a disparu corps et biens aujourd’hui pour laisser place à une étendue infinie de sable blond se mariant à merveille avec le vert de la pinède qui la jouxte. Pas d’adeptes du naturisme pourtant pratiqué en ce lieu, sans doute fait-il trop frisquet. Quelques moussaillons, en majorité de sexe féminin, n’hésitent pas à ôter chaussures et chaussettes, relèvent leurs pantalons jusqu’aux genoux et courent faire trempette…. Quelle heureuse surprise, la température de l’eau est agréable, malgré la houle et les vagues impétueuses qui, inévitablement, mouillent les courageux. Timide depuis ce matin, le soleil se retire à l’horizon dans une explosion de couleurs mordorées : splendide ! Cependant, le temps est venu de changer de quart et de regagner Arcachon. A quelques nœuds de la ville, un petit clin d’œil au cinéma : une photo souvenir des proues de nos anciennes devant le célèbre camping « Les Flots Bleus ».

Une fois les Triumph amarrées en toute sécurité sur le parking de l’hôtel « Le Dauphin », notre port d’attache pour la nuit, y compris la TR4 « dufourienne » en pleine forme, l’équipe se retrouve sur le pont, la terrasse, quelques instants plus tard, en plein air, autour d’un apéritif improvisé. En effet, un matelot Charentais a eu la bonne idée d’apporter le Pineau de son cru pour nous le faire goûter : excellent, de l’avis de tous.

 

2016 Perigord Arcachon Hotel 2016 Perigord Arcachon Repas
   

C’est déjà l’heure d’aller diner, l’hôtel n’assurant pas de restauration. Petite balade pédestre le long du front de mer dont nul ne se lasse pour nous rendre « Chez Diego », nom du restaurant dans lequel « un carré » nous est spécialement réservé pour y déguster moult fruits de mer et autres poissons. Là encore, une adresse à coucher sur notre carnet de bord, tant pour la qualité de la cuisine que pour l’amabilité et l’efficacité de l’équipage de service malgré une affluence digne d’un mois d’été.
Après le dîner, tout l’équipage décide de rejoindre ses couchettes respectives de bonne heure, aucun ne succombe à l’appel du casino tout proche.
 

Dimanche 9 octobre : la presqu’île du Cap Ferret

Dès huit heures, branle-bas de combat en ce dimanche matin car nous appareillons à neuf heures tapantes, un programme dense nous attend : le bassin par tribord et la presqu’île du Cap Ferret. Chic alors, le soleil est au rendez-vous, l’air embaume l’iode, les plus téméraires prennent la barre ou plutôt le volant, cheveux au vent. Nous filons à trente nœuds environ, limitation oblige, surtout pour ne rien rater des attraits du parcours tracé.

La navigation via de jolies petites routes dans les pinèdes nous achemine vers des petits ports discrets, dédiés à l’ostréiculture et à la plaisance : Biganos où tous les marins ont hissé fièrement les couleurs du Triumph Club de France pour la traditionnelle photo, puis Cassy et enfin Lanton. La pause-café est prévue en terrasse, les pieds dans l’eau et tout près des bateaux…. Pour certains membres, le café s’est transformé en casse-croûte avec une dégustation de produits locaux « pêchés » dans la matinée à la boucherie de Gujan-Mestras : grenier médocain et saucisse de canard accompagnés évidemment d’un rosé bien frais !
 

2016 Perigord Arcachon Parc 2016 Perigord Arcachon Pinasse
   

Après cette escale gustative, nous mettons le cap sur Andernos, plus précisément sur le port ostréicole, la cabane n°16, toute pimpante et qui répond au joli nom de « L’huître Bleue ». La table est dressée dehors, dans un joli cadre et là, les fanas d’huîtres ou de crevettes, voire de pâté baignent littéralement dans le bonheur. Rires et plaisanteries d’usage, toast porté à Marie-Lou et Alex, les maîtres à bord de cette traversée arcachonnaise, notamment pour avoir choisi cette cabane parmi tant d’autres.

Et comme si nous étions encore affamés, après cette copieuse mise en bouche, tous regagnent leurs Triumph pour rallier « Les Tamaris », restaurant d’Andernos situé tout près de la plage, face à la jetée. Dommage que le maire de la commune n’ait pas daigné répondre à notre sollicitation de faire mouiller nos vieux gréements sur la place centrale, à deux pas du restaurant. Avec la foule des grands jours, nul doute que ce pavois de coques Triumph aurait eu un franc succès. Alain et Chantal Bréchet, en voisins, nous rejoignent pour partager le déjeuner, succulent menu de la mer.

De nouveau, nous embarquons en direction du Cap Ferret, quasiment tout au bout de la presqu’île que le phare domine fièrement, tel un mât de navire. Il fut reconstruit en 1949, le premier érigé en 1840 ayant été détruit par les allemands. Entièrement automatisé depuis 1997, il a une portée de cinquante kilomètres et signale l’entrée du bassin toutes les cinq secondes de son éclat rouge. La vue à 360° qu’offre le phare à son sommet se mérite : 258 marches d’un escalier en colimaçon bien étroit. Qu’à cela ne tienne, nous nous lançons à l’abordage du sommet et le panorama récompense notre effort : fabuleux ! A l’issue de la descente, nous découvrons la salle des cartes marines de navigation qui clôt la visite.

 

2016 Perigord Arcachon Phare 2016 Perigord Arcachon Cabane
   

Dix-sept heures déjà, la croisière Triumph autour du bassin arrive à son terme. Dernière vague de bises et autres poignées de main, on se promet de renouveler très vite une excursion ensemble, mais nos voitures ne vont pas tarder à être mises en hivernage par leurs pilotes, soucieux de préserver leur bonne santé dès le printemps prochain.

La mer et son univers, notamment gastronomique, ont ponctué sans cesse notre traversée arcachonnaise. La météo fut clémente, nous n’avons pas essuyé de tempête ni dénombré de naufrage, Marie-Lou et Alex ont tenu le gouvernail de main de maître tandis que la flottille suivait leur sillage sans se perdre durant toute la régate.

Une fois encore, ces quelques jours vécus ensemble laisseront des souvenirs heureux et pleins d’émotion à toute la bande de copains que nous sommes devenus au fil du temps et des sorties. Nous ne nous lassons pas de ce cocktail sans cesse renouvelé : ambiance de bonne humeur permanente, échanges simples et toujours fructueux, découverte collective de paysages inédits, voire inconnus pour certains d’entre nous, lumières changeantes du ciel, odeurs salées, mariage de la gastronomie locale avec l’œnologie, rires et blagues en tous genres, conseils avisés de mécanique, carrosserie ou astuces avérées, anecdotes et histoires personnelles, et tant d’autres ingrédients…

De l’avis de tous les participants, un grand merci à Marie-Lou et Alex qui n’ont pas ménagé leur peine avant et pendant ce périple sur leurs terres pour en faire une réussite absolue.

0000 Participants


  

 
Imprimer Envoyer

0000 Panorama Perigord 

Entre passé et passion du vin !

 

Un beau dimanche à Rions et dans le Sauternais

 

par Marylène et Alain Dufour

dimanche 2 octobre 2016 
 

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2016 Perigord Rions Panorama 1Souvenez-vous, lors de notre dernière sortie sur les bords de l’Auvezère, Jean-Claude Bernard, maire de Rions avait émis l’idée de faire participer nos anciennes et leur équipage bien sûr à la journée « La Croisée des Arts » à Rions » qu’il organise dans son village le 2 octobre. A en juger par les échanges qui ont eu lieu durant le déjeuner à Hautefort, ce projet nous a séduits.

Alors, aujourd’hui, Alain et Jean-Claude vous permettent de mettre ce projet à exécution. En effet, ils proposent de vivre une journée éclectique, entre découverte de l’histoire de ce gros bourg et balades à travers les vignobles du Sauternais. Rions, 1.500 habitants environ, passe pour être l’une des plus anciennes villes d’Aquitaine.

2016 Perigord Rions (1)   2016 Perigord Rions (2)
     

Il était une fois, en Gironde, un village répondant au nom évocateur de Rions dont le premier édile a rejoint depuis peu la grande famille du Triumph Club de France.

 Lors d’une balade début juin, ce dernier propose à Alain de « rameuter les pilotes et leur Triumph » afin de participer à « La Croisée des Arts », première édition du genre qu’il organise dans sa bourgade. Une journée consacrée à des métiers anciens, une vingtaine d’artisans tels que graveurs sur pierre, sculpteurs, potiers, vanniers et bien d’autres et aux voitures anciennes, toutes marques confondues.

Qu’à cela ne tienne… Venus de Charente, Dordogne, Gironde, Lot-et-Garonne, les membres du Triumph Club de France répondent à l’appel, huit équipages se retrouvent dès neuf heures sur le parking de l’école de Rions. Au total, pas moins de vingt-sept anciennes, dont des Triumph « anonymes » car non référencées au club, ainsi que d’autres telles qu’Amilcar, Corvette, Mustang, Fiat 600, Porsche, Peugeot, etc.

Comme pour augurer d’un dimanche réussi, la météo se montre clémente. Tout en dégustant le petit déjeuner offert par la municipalité aux participants, histoire de lier connaissance, chaque équipage reçoit deux bouteilles des crus du village et une plaque rallye immortalisant l’événement. Et nous voilà partis tous ensemble pour une virée au milieu des vignobles du Sauternais et des coteaux de Garonne.

Les châteaux succèdent aux châteaux dans cette région viticole traversée par la Garonne : Malle, Suduiraut, Lafaurie-Payraguey, Guiraud, tous plus prestigieux les uns que les autres. Mais aucun n’égale le plus célèbre d’entre eux : Yquem qui nous ouvre exceptionnellement ses portes, à la demande de Jean-Claude. Elles ont fière allure nos anciennes, garées devant cette magnifique bâtisse dont nous parcourons sans modération les jardins et la cour.

 

2016 Perigord Rions (5)    2016 Perigord Rions Chateau Yquem
     

A l’horizon, juste en face d’Yquem, le village de Sainte-Croix-du-Mont, haut-perché sur un éperon rocheux, domine l’autre rive de la Garonne. Sainte-Croix-du-Mont est aussi appellation emblématique du vignoble bordelais. C’est notre prochaine étape. Le maire nous fait visiter le château de Taste où siège sa mairie puis une curiosité incroyable : un banc d’huîtres fossilisées qui s’étend sur plusieurs dizaines de mètres le long de la falaise.

 

2016 Perigord Rions Panorama 2    2016 Perigord Rions Sainte Croix du Mont
     

Il est maintenant l’heure de rallier Rions, pour y exposer nos belles carrosseries et déjeuner « Au chaudron d’Anna », restaurant installé dans le cadre authentique d’une très belle demeure du XVIIIème siècle. La cuisine créative et les vins locaux nous ont conquis.

Pendant que les anciennes se font admirer sous toutes leurs coutures et sous le soleil, petite promenade digestive pour nous. Nous partons à la découverte de Rions, village médiéval très bien conservé qui gagne vraiment à être connu. De la halle aux petits pois en passant par la tour et les ruelles non bitumées, nous en admirons les jolies curiosités tout en profitant des œuvres des artistes qui exposent aux quatre coins du village dans le cadre la manifestation « La Croisée des Arts ».

2016 Perigord Rions (3)    2016 Perigord Rions (4)
     

Une fois encore, c’est à regret que nous nous séparons en fin d’après-midi. Bien sûr, nous n’avons pas engendré la mélancolie, normal quand on se trouve à Rions et surtout avons apprécié de goûter cette journée en compagnie de nos voisins de la région bordelaise du Triumph Club de France.

Oyez, oyez, triumphistes, Jean-Claude, le brillant organisateur de cette sortie a promis qu’il réitérerait cette édition l’année prochaine. Qu’on se le dise !

Une pensée particulière pour les équipages Roy et Tarré qui, en raison de problèmes de santé de leurs pilotes respectifs, n’ont pas pu être de la fête. Bon rétablissement à eux deux et à bientôt le plaisir de les retrouver avec nous. Quant à tous les autres, un grand merci pour leur bonne humeur communicative, toujours le gage de sorties riches et réussies.

Pour les curieux qui auraient envie d’en savoir plus, rendez-vous sur les sites Internet ci-après :

 

Rions
 
   Sainte-Croix-du-Mont  
 
Château Yquem

 

 


 

 

 


 
«DébutPrécédent1234SuivantFin»

Page 1 sur 4

© Triumph Club de France- Association à but non lucratif - Loi de 1901 - Logiciel Joomla 1.5.26 - Licence GNU/GPL           V02.5