Quoi de neuf ?

0000 Derniers Articles 1 France 1 Verte
0000 Vichy 1 France 1 Verte
0000 Forez Acte 3 1 France 1 Verte
2018 Franco Suisse 1 0000 Franco Suisse 1
2018 Event 1 0000 Champagne 1
2017 TR Euromeeting 1 0000 Drapeau Allemand 1
2016 Entente Cordiale 1 France 1 Verte
0000 Splendida Sicilia 1 0000 Drapeau Italien 1
Imprimer Envoyer

2016 Ile de France Anet Bandeau

Ile de France                              2014 TCF Logo                              Normandie

 

Ile de France et Normandie
 

dimanche 17 avril 2016

par Dominique Prieur - animateur de la région Ile de France

 

Sortie inter-régionale

Nous nous retrouvons tous par un dimanche relativement ensoleillé, les Parisiens, devant le château de Thoiry et les Normands à Saint-André de l’Eure, accompagnés par Jean-Jacques Robert, animateur de la région Normandie du Triumph Club de France.

Après le café, nous parcourons de petites routes de campagne afin de nous rejoindre dans l’enceinte du château d’Anet pour la visite prévue. Les trente-neuf participants exposent un ensemble de dix-neuf modèles Triumph. Nous admirons ainsi une Spitfire 1500, une Herald, une Vitesse, une Renown, trois TR3, quatre TR4, une TR5, une TR250, cinq TR6 et une TR7.

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2016 Ile de France Anet Cour        2016 Ile de France Anet Voitures


Anet le dimanche

C’est en 1547 que Diane de Poitiers, veuve de Louis de Brézé, Grand Sénéchal de Normandie, fit commencer la construction du château d’Anet. Cinq années devaient suffire à l’achèvement des travaux que dirigea le célèbre architecte Philibert de l’Orne et auxquels collaborèrent Benvenuto Cellini, Jean Cousin et Léonard Limousin. En 1566, Diane de Poitiers mourrait à Anet. Selon son désir et pour abriter son tombeau, magnifique œuvre de Pierre Bontemps, sa fille Louise de Brézé, Duchesse d’Aumale, fit élever près du château la chapelle funéraire qui vient d’être restaurée.

 

2016 Ile de France Anet Image        2016 Ile de France Anet Diane


Au XVIIème siècle, le château appartînt aux ducs de Vendôme qui y apportèrent de profonds remaniements : l’escalier d’honneur fut construit par Claude Desgots en 1680 ainsi que le Pavillon du gouvernement. Le canal fut creusé à cette époque sur des plans de Le Nôtre. Au XVIIIème siècle, la Duchesse du Maine, puis le Duc de Penthièvre y menèrent grand train.

 

2016 Ile de France Anet Entree 

La révolution et les années qui suivirent, faillirent amener l’anéantissement du château. Confisqué, vendu comme bien national, il fut d’abord mis à sac, puis les démolisseurs s’attaquèrent à l’édifice, le corps du logis central et l’aile droite furent alors détruits.

 

2016 Ile de France Anet Tours        2016 Ile de France Anet Facade

 

A partir de 1840, commence l’ère des restaurateurs. Cinq générations de propriétaires appartenant à la même famille ont réussi avec goût et patience à rendre une part de sa splendeur d’autrefois à ce beau domaine, un des joyaux de l’architecture française.
 

La Chaussée d’Yvry

Après cette visite très enrichissante nous rejoignons le Restaurant « Le Golf Parc » à la Chaussée d’Ivry. A la fin du repas, notre ami Jean-Pierre Tricard nous présente son dernier ouvrage « Mais pourquoi moi ? », qui vient juste de sortir dans les librairies. « Thriller, amour, sexe, voyage, tout est réuni dans ce livre pour vous tenir en haleine jusqu’à la dernière page et même après… ».

Trois mannequins posent avec les derniers articles de la boutique, en vente sur le site du club. Un repas un peu trop long certes, mais qui a eu le mérite de donner du temps pour des échanges fructueux entre anciens et nouveaux membres du Triumph Club de France.

 

2016 Ile de France Anet Salle        2016 Ile de France Anet Trio


On the road again

Le parcours se poursuit le long de l’Eure puis des méandres de la Seine jusqu'à la route des crêtes au-dessus du château de la Roche-Guyon, terme de notre sortie.

 


 
Imprimer Envoyer

0000 Panorama Provence Mediterranee 2 Provence MediterraneeWonderful Corsica III

Ode à la Corse

 
du 20 au 26 septembre 2015

par la Triumph TR4 de Marylène et Alain Dufour

  

       Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

0000 Road Book 0000 Equipages      

 

   
2015 Corse (1) 2015 Corse (2)  
2015 Corse (3) 2015 Corse (4)  
2015 Corse (5) 2015 Corse (6)  
2015 Corse (7) 2015 Corse (8)  
2015 Corse (9) 2015 Corse (11)  
2015 Corse (12) 2015 Corse (13)  
2015 Corse (14) 2015 Corse (19)  
2015 Corse (16) 2015 Corse (17)  
2015 Corse (18) 2015 Corse (15)  
2015 Corse U Libecciu Hotel 2015 Corse U Libecciu Piscine  
2015 Corse (20) 2015 Corse (21)  
2015 Corse (22) 2015 Corse (23)  
2015 Corse (24) 2015 Corse (25)  
2015 Corse (90) 2015 Corse (91)  
2015 Corse (26) 2015 Corse (27)  
2015 Corse (28) 2015 Corse (30)  
2015 Corse (31) 2015 Corse (32)  
2015 Corse (33) 2015 Corse (34)  
2015 Corse 361 2015 Corse 362  
2015 Corse (35) 2015 Corse (37)  
2015 Corse 141 2015 Corse 142  
2015 Corse (39) 2015 Corse (40)  
2015 Corse (41) 2015 Corse (42)  
2015 Corse (43) 2015 Corse (44)  
2015 Corse Pianottoli-Caldarello 2015 Corse Lavezzi  
2015 Corse (45) 2015 Corse (46)  
2015 Corse (47) 2015 Corse (48)  
2015 Corse (49) 2015 Corse (50)  
2015 Corse (51) 2015 Corse (52)  
2015 Corse (53) 2015 Corse (54)  
2015 Corse (55) 2015 Corse (56)  
2015 Corse (57) 2015 Corse (60)  
2015 Corse (61) 2015 Corse (62)  
2015 Corse Baie d'Algajo 21 2015 Corse Baie d'Algajo 22  

Dès notre inscription en janvier de cette année,
Tout comme mon équipage, je piaffais d'impatience
De vivre une belle aventure sur l'île de Beauté
Avec trente-neuf copines venant de toute la France.

Au point de ralliement, Tour Royale à Toulon,
Carrosseries rutilantes, nous avions fière allure,
Toutes décapotées, sous un soleil de plomb
Admirées des badauds sous toutes nos coutures.

Pendant que nous prenions un repos mérité
Les Michel's et leurs fidèles « Triumphistes Paca »,
Pour tous les participants, avaient concocté
Un apéritif-collation, digne d'un gala.

Le roadbook et les cadeaux sur le siège arrière,
Nous roulons en file indienne vers l'embarcadère.
Fièrement garées dans la cale, l'attente est légère,
Le gros bateau Mega Smeralda prend la mer.

La soirée commence bien pour les équipages,
Mer calme, pas de vent, température estivale
Certains profitent du pont, depuis le bastingage
Et contemplent la rade quand s'éloigne le littoral...

Une fois le dîner servi à bord terminé,
Bonne nuit à tous, il est temps de vous coucher
Car à cinq heures, debout et petit déjeuner
Puis à sept, Ajaccio nous accueille dans sa baie.

 

Au programme des prochains jours, la Corse du sud...
On va virer, « tournicoter » dans tous les sens,
Les routes sont étroites dès qu'on prend de l'altitude,
Attention aux cochons, faisons preuve de prudence !

Par petits groupes, nous nous suivons fort sagement,
Surtout dans les villages accrochés à la falaise
En première, puis seconde, et troisième rarement,
Elles tiennent le choc, les vitesses des p'tites anglaises !

Décapotées pour profiter des paysages,
Gorges de Prunelli, Tolla et son grand barrage.
Bastelica, déjà deux heures de promenade,
Pause accordée à moi et à mes camarades
Tandis que nos moteurs se refont une santé,
Nos « papas et mamans » prennent ensemble un café.

Pas de temps à perdre, nous poursuivons le voyage,
Une grimpette pour tester l'endurance des « carbus »
Puis descente, histoire de vérifier notre freinage !
Stop à Zicavo où le repas est prévu.

Garées en rang d'oignons, tout le long du village,
Nous contemplons les airs ravis des équipages ...
Qui, tous, savourent les plats et le vin corses servis
Au « Pacific Sud », en terrasse, le paradis !

En guise de digestion, les messieurs nous auscultent,
Et ouvrent nos capots dans un joyeux tumulte,
Quant aux dames, elles compulsent la précieuse feuille de route
Le camp de base est encore loin, en avant toute !

Promenons-nous dans les bois, le maquis qui sent bon,
Et franchissons le fameux col de la Vaccia !
La vue y est grandiose, nous en restons baba...

Une heure trente plus tard, Sartène, son animation,
« La plus corse des villes corses » a écrit Mérimée,
Il a raison, cette petite ville nous a charmés.

Nos pneus, mis à rude épreuve, enfin se détendent,
Découvrent une nationale, bien douce pour les roues...
Arrêt en bord de mer, au Lion de Roccapina,
Sculpture naturelle de la roche, et belle légende !

Un peu plus loin, Pianotoli-Caldarello
Et l'hôtel U'Libecciu, juste devant nous,
Où résident trente de mes amies, les pieds dans l'eau !
Pour les dix autres anciennes, cap sur Cala Rossa
Tout près de Porto-Vecchio, vers l'hôtel Kilina.

Bien couvertes pour la nuit sur un parking privé,
Nous nous octroyons un repos bien salvateur
Alors que nos « équipiers » sirotent leur planteur,
Au bord de la piscine, avant d'aller dîner.

 

Deuxième jour, rien de prévu, liberté totale...
A nous Bonifacio, image de carte postale,
C'est le choix de la plupart des passagers
Et quel bonheur pour nous de les y emmener.

Oublié, le bouchon pour entrer dans la ville,
Nous persévérons et grimpons jusqu'en haut,
Malgré notre grand âge, nous sommes encore agiles !
Repos... durant la visite de Bonifacio....

Ici, tout est beau, bleu, blanc, vert, chargé d'histoire
Les équipages ouvrent grand leurs yeux et nous, nos phares !
Tour des remparts pour commencer leur promenade.
Puis ils parcourent les ruelles, prennent un déjeuner
Planche de charcuterie corse, fromages et ...rosé !

Vient vite l'heure de reprendre le cours de leur balade.
Au programme, le chemin qui surplombe les falaises

Pour admirer Bonifacio tout à leur aise.
Photos souvenirs de ce cadre prodigieux.

Avant de clore la visite de ces lieux magiques,
Un dernier exercice pour les plus courageux :
L'escalier du roi d'Aragon, un site mythique
Cent quatre-vingt-sept marches, toutes à flanc de rocher
Qui plongent dans la mer, et qu'il faut remonter !
L'heure tourne, il est grand temps de reprendre la route.

Virage à droite pour la plage de Palombaggia
Où les garçons, aux joies de la baignade goûtent.
Dommage, nous Triumph, ne sommes pas amphibies !

Plus tard, tous ensemble à la paillote, autour d'une Pietra
Ils profitent de l'instant, du soleil qui faiblit
Parlent mécanique, souvenirs, prochaines sorties.
Et nous retrouvent, garées sous les pins, à l'abri.

Le Kilina est en vue, il fait presque nuit,
Contact coupé, point mort, notre travail est fini...

 

Au troisième jour de notre périple, Bavella,
Mais avant d'arriver au col et aux Aiguilles,
Un coup d'œil s'impose sur les nuages gris
Qui s'invitent aujourd'hui et nous causent du tracas.

Dès le premier col, les forêts nous accompagnent :
Des pins, des hêtres bien verts, des pierres colossales
Font comme une haie d'honneur jusqu'à l'Ospedale :
Un massif, un barrage, un village de montagne.

Mais plus d'eau dans le lac, c'est la fin de l'été...
Le vent se lève, il fait frisquet, la pluie nous guette,
En deux temps, trois mouvements, nous voilà capotées
Pour protéger nos passagers de la « pissette ».

On joue de l'essuie-glace en passant à Zonza,
Petit village aussi beau que son nom chantant,
Peu après, le brouillard, au col de Bavella
Et des Aiguilles, nous n'en verrons que le bas...

Pas grave, à l'Auberge, le déjeuner les attend
Pendant que nous sommes copieusement arrosées
Nos équipiers, apprécient le cochon grillé !

Une fois le gâteau de châtaignes dégusté,
Impossible de visiter, il fait trop mauvais,
Alors, avec regrets, on reprend du service
Sur une route sinueuse mais large, et bien lisse.

Col de Larone, puis descente le long d'une rivière :
La Solenzara, qui nous mène jusqu'à la mer.
Petit à petit, le soleil fait des clins d'œil
Au bout de la route, Solenzara nous accueille.

Avec son littoral qui alterne plages et criques,
La côte des nacres nous apparaît idyllique.
Les anses Favone, Tarco invitent au farniente
A Pinarello, nous avons su rester patientes,
Parquées face à la mer, capots au vent marin
Bref, de quoi apprécier cet arrêt opportun,
A l'instar des équipages qui ont bu un verre
Papotant gaiement de nous et de nos travers.

De retour à l'hôtel, petite séance toilette.
De nos carrosseries, maculées de poussière !
Ils nous bichonnent avec amour et force serviettes.
Dernier coup sur nos vitres et bien sûr nos parebrises,
Tout juste si certains ne nous font pas la bise
En la laissant pour la nuit, derrière la barrière.

 

Quatrième jour déjà, relâche en ce jeudi.
Tous les équipages nous troquent contre un bateau.
L'embarquement est prévu à Porto-Vecchio
A neuf heures tapantes, cap sur les îles Lavezzi.

Et là, allez savoir pourquoi, je tombe malade
En route pour rallier le port, le long d'un camping.
Sous ma caisse, des claquements et des pétarades,
Inquiètent mon chauffeur qui me ramène au parking.

Ma copine Stag revient chercher mes passagers
Ouf, tous les quatre peuvent embarquer dans les délais.
C'est ma « maman » qui m'a relaté la journée.
Un bateau privatisé pour la circonstance,
Un équipage sympathique, une belle ambiance.
Ils naviguent tout près des côtes, mer peu agitée

Paysages grandioses, soleil radieux, brise légère,
Tout participe au succès de cette belle croisière.

Au moment de doubler le cap Pertusato,
Le capitaine annonce « C'est l'heure de l'apéro » !
Pastis, rosé devant un panorama exceptionnel
De falaises calcaires et de grottes marines
Voir de la mer Bonifacio et sa citadelle,
Reste un moment mémorable, que nul n'imagine !
Puis leur bateau file au large, vers Lavezzi,
Archipel d'îlots granitiques aux sables blonds
Qui ressemblent à Praslin, une île des Seychelles.

Ancre jetée, déjeuner servi aux deux ponts...
Les plats, tous excellents, aiguisent leur appétit
Chacun profite du moment, que la vie est belle !
Ensuite, pied à terre grâce aux navettes du Zodiac
Qui convoie les passagers sur l'île, tel un bac.

Quelques foulées plus loin, les voilà qui se baignent
Avec, comme horizon, les côtes de la Sardaigne.
Chaque bonheur a une fin, l'escale est terminée,
Le bateau les attend et les pastèques itou,
En guise de goûter, pendant la traversée.

Au bout de deux heures, golfe de Porto-Vecchio en proue.
Sitôt débarqués, et l'hôtel vite regagné
Trois ou quatre « docteurs » auscultent mes dessous
Souvenez-vous, ce matin, j'étais dans les choux
Tous donnent le même diagnostic : mon pont est cassé.

 

Au cinquième et dernier jour de notre périple,
C'est sur une dépanneuse que je fais le trajet.
La solidarité opère, les aides multiples
Pour prendre en charge les bagages et mes passagers.

Tous les « Triumphistes » ont du cœur, on le savait.
Une fois encore, ce fut le cas, ils l'ont prouvé !

Des trois circuits soumis pour rallier Ajaccio,
Bon nombre d'équipages choisissent le « côté » mer.

Après Propriano et son golfe, Olmeto,
Un petit bourg charmant aux vieilles demeures en pierre.
Sur la côte aux eaux turquoise, ils font une pause
Dans une-boulangerie, épicerie et bar !
Achètent fougasse fromages, saucisson, bien des choses
En prévision de l'apéritif de ce soir !

Midi, Serra di Ferro, auberge « le Rond-point »,
Là encore, un déjeuner pantagruélique
Avec raviolis et veau à la broche, si typiques
De la vraie cuisine corse, préparée avec soin.

Dernière portion avant d'atteindre la capitale.
La route serpente en surplomb de la grande bleue
La vue sur la baie ajaccienne fait carte postale...
Les îles Sanguinaires se subliment sous leurs yeux.

Puis survient la quatre-voies pénétrant dans la ville
Rappelant que la fin du séjour se profile !
Fini le circuit ? Pas tout à fait, la preuve en est !
De l'embarcadère où la dépanneuse m'a laissée,
Il m'est donné de suivre un moment sympathique.

Sur des blocs de béton, en tables improvisés
Plusieurs équipages ont préparé un pique-nique
Avec du rosé, bien sûr, et des spécialités !
Histoire de partager encore un bon moment
Et d'attendre le bateau, pour le continent.

Mon chauffeur parvient à me hisser sans encombre
Sur le Mega Express qui part deux heures plus tard.
On voit quelque temps encore la lumière d'un phare,
Puis le navire prend le large et s'entoure d'ombre.

 

Des cinq jours intenses que tous venons de vivre
Ce sont des rencontres, des partages qu'on doit poursuivre,
Plein de beaux moments chaleureux, épiques, gais, forts,
Qui resteront gravés dans nos cœurs et compteurs.

A défaut de chapeaux, de grands coups de klaxon
Au célèbre duo toulonnais des Michel's
Avec leur maîtrise légendaire, et leur cœur
Ont fait de ce Wonderful Corsica un séjour « canon ».

 

What else ?   Hourrah pour les Monfort !

 


 
Imprimer Envoyer

 

2015 Auvergne Perigord Sommaire BandeauLe  Périgord en Auvergne

 

Sortie interrégionale

du vendredi 3 au dimanche 5 juillet 2015  

 

  0000 Point de Vue Participants       0000 Point de Vue Organisateurs  
2015 Blason Perigiod  0000 Vu dans la Presse    0000 Equipages Auvergne
   0000 Diaporama 1    0000 Diaporama 2  

 


 
 

 
Imprimer Envoyer

2016 Interregional Oenologie Bandeau

Rhone Alpes
     
Pays de Savoie
     

Œnologie en Savoie

 

dimanche 10 avril 2016

par Cyril Fessy

 

2016 Interregional Oenologie Original       
   
2016 Interregional Oenologie Vignoble  

Rappel du programme

Pour cette sortie pédagogique, nous sommes accompagnés de Romain, notre œnologue préféré. Il nous fait profiter de ses connaissances.

Nous serpentons sur les routes des vignobles, passons le col de Marocaz avant de nous arrêter dans les vignes pour une présentation de la région et de son histoire, le tout accompagné d’une dégustation et d’un en-cas. Nous poursuivons la route des vins jusqu’au domaine où nous approfondissons nos connaissances des crus de la région tout en déjeunant.
 

 

    0000 Video    

 


 
Imprimer Envoyer

 

2015 Auvergne Perigord Sommaire BandeauLe Périgord en Auvergne

 

du jeudi 14 mai au dimanche 17 mai 2015

les organisateurs Marylène et Alain Dufour

 

Cliquez sur l'images pour l'agrandir.

2015 Auvergne Perigord CR Organisateurs

 Cliquez sur les images pour les agrandir.

 

Objectif poursuivi par Patrice et Alain, animateurs respectifs des régions Auvergne et Périgord du Triumph Club de France ? Une sortie commune placée sous le signe de l'entente cordiale interrégionale. Au menu pour tous les équipages : parcourir de jolies routes de montagne à la découverte de paysages auvergnats inédits pour la plupart des participants, partager avec les pilotes et les coéquipières la passion des « anciennes ».

Vingt équipages venus de toute la France et même de Suisse pour deux d'entre eux se sont retrouvés avec bonheur pour partir à l'assaut de la chaîne des Puys et des Monts Dore.

Pour brosser brièvement le tableau de la sortie : camp de base idéal, un hôtel situé à Orcines, juste au pied du majestueux Puy-de-Dôme, que tous ont rallié dès le vendredi soir. Temps idéal, voire caniculaire avec 38° au compteur et du soleil à revendre durant tout le week-end.

TR2000, TR2500, TR6, TR4, TR3, mais aussi Austin-Healey, Morgan, Caravelle et MG sont parties à l'assaut des routes pittoresques des Combrailles samedi matin dès l'aube afin de profiter d'une fraîcheur toute relative... 1ère étape de la virée, les méandres de Queuille, grandiose et placide panorama depuis le belvédère qui le surplombe. Puis au gré de jolies routes serpentant entre hauts-plateaux, villages et hameaux pittoresques d'Auvergne, nous parvenons à l'auberge de Mazayes, nichée dans un petit vallon introuvable sans la dextérité de Patrice le régional de l'étape. Et là, dans cette ancienne écurie reconvertie en restaurant, nous attendait un coq au vin inoubliable !

Mais sitôt le café avalé, en route pour le clou du programme de l'après-midi : la montée au Puy-de-Dôme par le train à crémaillère qui porte bien son nom : « le Panoramique des Dômes ». Au terme de vingt minutes d'ascension, un sommet qui s'offre à nous avec une vue extraordinaire à 360°. Chacun a pu découvrir ce lieu mythique à son rythme (balades pédestres, visite commentée, notamment de la chaîne des Puys en contrebas...) et surtout l'esprit serein car Agnès, sous son parasol, indispensable par cette chaleur accablante, veillait sur nos « Anciennes » garées sur le parking, le temps de notre visite... La plupart d'entre nous a profité de ce point de vue à couper le souffle jusque tard dans l'après-midi.

Après une courte nuit, départ dimanche matin à 8h30 en direction du Sud de la région vers les Monts Dore pour de nouvelles aventures très éclectiques, la preuve : une basilique, Notre-Dame d'Orcival, chef d'œuvre d'art roman si bien représenté en Auvergne. Puis les roches Tuilière et Sanadoire, véritables « pitons » volcaniques se dressent l'un en face de l'autre et nous rappellent si besoin que nous nous trouvons au cœur d'une région volcanique qui a formé les magnifiques lacs de Guéry et de Chambon que nous longeons. Le col de La-Croix-Morand à 1401m d'altitude nous fait admirer un panorama grandiose tout en dégustant une boisson bienfaitrice...

Quelques kilomètres plus loin, Besse-en-Chandesse, célèbre village, accueille nos chères voitures à l'ombre de son église emblématique. Une visite pédestre s'impose pour découvrir tous les charmes cachés de ce village authentique et si bien préservé. Tout comme l'Hôtel Restaurant de la Providence où le chef nous avait mitonné une truffade « à tomber par terre » qui laissera des souvenirs impérissables à tous les participants, même à ceux qui n'aiment pas le fromage.

Puis vint le moment que nous tous apprécions le moins après les bons moments de complicité, solidarité et autres échanges mécaniques partagés tout au long de ces quarante-huit heures : l'heure de se dire au revoir. À chaque fois, nous avons un petit pincement au cœur.

Un petit coup de klaxon et chacun rentre chez soi et pour certains d'entre nous, le garage est encore loin. Aucun ennui mécanique, aucune panne à déplorer malgré des conditions climatiques difficiles.

À bientôt pour une nouvelle histoire Triumphale.

 


 

 
«DébutPrécédent1234567SuivantFin»

Page 3 sur 7

© Triumph Club de France- Association à but non lucratif - Loi de 1901 - Logiciel Joomla 1.5.26 - Licence GNU/GPL           V02.5