Quoi de neuf ?

0000 Derniers Articles 1 France 1 Verte
0000 Vichy 1 France 1 Verte
0000 Forez Acte 3 1 France 1 Verte
2018 Franco Suisse 1 0000 Franco Suisse 1
2018 Event 1 0000 Champagne 1
2017 TR Euromeeting 1 0000 Drapeau Allemand 1
2016 Entente Cordiale 1 France 1 Verte
0000 Splendida Sicilia 1 0000 Drapeau Italien 1
Imprimer Envoyer

Triumph Dix Voitures Cinema

Deux points de 2015 09 Triumph-du-Mois-Doretti Ecussonvue sur la voiture du mois...

septembre 2015 

A lire avec attention, notamment en ce qui concerne le nombre d'unités produites.

  

La Swallow Doretti

d'après Wikipédia

  

2015 09 Triumph-du-Mois-Doretti 3 4La Swallow Doretti est un cabriolet de sport à deux places, produit en 1954 et 1955. Il est construit sur une structure tubulaire et utilise une mécanique de Triumph TR2.

La voiture est fabriquée par la société Swallow Coachbuilding fondée en 1935, propriété du groupe Tube Investments (TI). Le nom de Doretti est celui du directeur des ventes de la firme en Californie : Dean Doretti.

La Swallow Doretti est l'unique voiture produite par le groupe TI. Sa structure tubulaire est de type Reynolds 531, un alliage manganèse-molybdène, sur un châssis en acier-carbone. L'ossature de la carrosserie est en acier, recouverte de panneaux d'aluminium.

En général, les voitures sont dotées d'un overdrive qui leur permet de revendiquer une vitesse de pointe de 100 mph. On comptabilise 276 voitures Mk1 ainsi produites, y compris la version coupé. La carrosserie est dessinée par l'ingénieur maison Frank Rainbow. L'usine TI située à « The Airport », à Walsall dans le Staffordshire, assure la fabrication. Trois prototypes de Mk2 « Le Sabre » sont ensuite produits, avec un châssis plus rigide et une meilleure répartition des masses.

Suite à une volte-face politique de la maison mère TI, la production cesse en 1955, sous la pression de l'industrie automobile britannique et plus particulièrement de Jaguar. L'argument : Doretti bénéficie d'un avantage concurrentiel évident vis-à-vis des autres constructeurs devant acheter des matériaux bruts, d'où la mise en exergue d'un conflit d'intérêt.

 

 

Une Triumph méconnue

d'après un article proposé par le Triumph Club d'Alsace
photos Internet

  

Au milieu des années cinquante, l'industrie automobile britannique détient la première place en Europe, avec une production annuelle de 800.000 automobiles dont plus de la moitié sont exportées. Plus de trente-trois marques se partagent cette réussite incontestable.

Les marques MG et Jaguar s'emparent très tôt des premières places. Par la suite, elles sont rejointes avec quelques années de retard par la marque Triumph, qui lance à la fin de l'année 1953 sa très ambitieuse TR2. Le succès est quasi immédiat : beaucoup plus rapide qu'une MG TF et plus abordable qu'une Austin-Healey ou qu'une Jaguar, elle peut se prévaloir d'un rapport prix-performances difficile à battre.

La voiture manque toutefois de raffinement pour séduire complètement la clientèle américaine pour qui les apparences comptent davantage que le comportement routier. La firme décide alors de concevoir une variante Export de la Triumph TR2, plus soignée, en confiant ce projet à la petite entreprise de carrosserie Swallow, fondée en 1953 par Doretti.

Révélée eu 1954, la Swallow Doretti n'est produite que pendant une seule année et sa diffusion s'établit à peine à quelques soixante-dix ou quatre-vingt exemplaires, dont une infime proportion est importée en France.  

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2015 09 Triumph-du-Mois-Doretti AV 2015 09 Triumph-du-Mois-Doretti AR
2015 09 Triumph-du-Mois-Doretti Profil 2015 09 Triumph-du-Mois-Doretti Interieur

 

La Swallow Doretti se présente comme une Triumph TR2 de luxe. Aussi longue que la TR2 mais plus large, elle affiche une ligne fort réussie : sa calandre, très fine et originale la distingue très nettement de la TR2. Le reste de la carrosserie rappelle davantage les formes harmonieuses de l'Austin-Healey 100 que celles de la Triumph.

La carrosserie, faite de panneaux en aluminium greffés à une infrastructure en tôle d'acier, repose sur le châssis Triumph bien connu. Le moteur, la transmission, les freins et l'instrumentation proviennent directement de la TR2. Assemblée à la main, la Swallow Doretti est commercialisée à un tarif supérieur de 250 livres à celui de la Triumph TR2.

La Swallow Doretti ne connaît pas le succès escompté sur le marché américain. C'est ainsi qu'un an après ses débuts, elle est discrètement retirée de la production.

 

Caractéristiques


Mécanique identique à celle de la Triumph TR2

Moteur Standard Vanguard modifié

 

Disposition 4 cylindres en ligne
 
Structure Bloc & culasse en fonte
 
Cylindrée 1991 cc
83x92
Puissance 90 CV 4.800 t/mn
Taux de compression     
8,5/1  
Soupapes En tête avec culbuteurs
Transmission Manuelle à 4 rapports Overdrive
Refroidissement par eau

2015 09 Triumph-du-Mois-Doretti Moteur

Caractéristiques Swalow Doretti   Triumph TR2
Longueur 3,96 m 3,84 m
Largeur 1,55 m 1,41 m
Empattement 2,41 m 2,24 m
Poids 920 kg 890 kg
Vitesse maximum 161 km/h 160 km/h
Accélération 0-100 km/h  
12,3 secondes 12,0 secondes
400m départ arrêté 18,9 secondes 18,9 secondes
Prix UK HT 770 livres 590 livres
Prix UK TTC 1.102 livres 887 livres

 

 


 
Imprimer Envoyer

Triumph Dix Voitures Cinema

Le cimetière des Triumph

  

août 2015

par Jean-Paul Lamy d'après Internet légèrement revisité

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2015 08 Triumph du Mois TR5PI par-Siebert

2015 08 Triumph du Mois 2500 2015 08 Triumph du Mois Herald 2015 08 Triumph du Mois TR3 2015 08 Triumph du Mois TR3A 2015 08 Triumph du Mos TR2
2015 08 Triumph du Mois 1300TC 2015 08 Triumph du Mois Acclaim 2015 08 Triumph du Mois Dolomite 2015 08 Triumph du Mois Spitfire 1500FH 2015 08 Triumph du Mois Spitfire Mk2
2015 08 Triumph du Mois Spitfire Mk3 2015 08 Triumph du Mois Spitfire Mk4 2015 08 Triumph du Mois Spitfire4 2015 08 Triumph du Mois Stag 2015 08 Triumph du Mois TR7

 


 
Imprimer Envoyer

Triumph Dix Voitures Cinema

2015 07-Triumph du Mois MarlinRoadster Marlin

Un kit car sur base Triumph

  

juillet 2015

 

par Jean-Paul Lamy d'après Internet légèrement revisité

photos prises le 7 juin 2015 sur le circuit de Charade


       Cliquez sur les images pour les agrandir.

2015 07-Triumph du Mois Marlin (1) 

Marlin Engineering est une entreprise de construction d'automobiles crée à Plymouth en 1979 et installée depuis à Crediton, dans le Devon. Après avoir construit une série de prototypes pour son propre usage, son fondateur Paul Moorhouse décida de mettre l'une d'elles en production en tant que « Kit car ». Les premiers exemplaires furent vendus en 1979.

Un roadster et une berlinette 2+2 furent ainsi produits jusqu'à la vente de l'entreprise à la société Yorkshire Kit Cars en 1992. Le constructeur se retira en 2006 et l'entreprise passa dans les mains de la société Aquila Sports Cars.

Le client pouvait choisir la voiture complètement terminée ou sous forme d'un kit, dont l'assemblage nécessitait quelque cent heures. C'est un roadster construit à partir d'éléments provenant de la Triumph Herald. La carrosserie à deux places utilise l'aluminium et la fibre de verre. La calandre évoque les Alfa-Roméo d'avant-guerre. Les premiers exemplaires n'avaient ni portières, ni hard-top.

En 1981, la Morris Marina remplaça la Triumph Herald en tant que voiture donneuse, ce qui n'empêcha pas nombre d'amateurs de remplacer la mécanique de la Marina par des moteurs, boîtes de vitesses et pont arrière par des éléments de leur choix. Ainsi, équipée du six cylindres en ligne de deux litres de cylindrée de la Triumph Vitesse, la voiture pouvait atteindre 177 km/h.

 

» 2015 07-Triumph du Mois Marlin (7) 2015 07-Triumph du Mois Marlin (2) 2015 07-Triumph du Mois Marlin (4)

 

La voiture présentée le 7 juin 2015 en Auvergne sur le circuit de Charade est en état concours. C'est l'un des tout premiers exemplaires, donc dépourvu de portières. Sa plaque d'identité confirme qu'il s'agit bien d'une Triumph. Elle est équipée du moteur 1.300 cc 75 cv de la Triumph Spitfire Mk3. L'écusson de la calandre ne doit rien au constructeur, c'est le « Spirit of Extasy » du propriétaire actuel. Original non ?

2015 07-Triumph du Mois Marlin (5)     2015 07-Triumph du Mois Marlin (3)

L'aventure de la Marlin continuera, sans plus de lien avec la marque Triumph. C'est une autre histoire...

 


 
Imprimer Envoyer

Triumph Dix Voitures Cinema   

La voiture de James Bond 007

 

« Les diamants sont éternels »

 

juin 2015

par Jean-Paul Lamy d'après Internet légèrement revisité

 

Dans le film de 1971 « Les diamants sont éternels », James Bond 007, interprété par Sean Connery, se rend à Amsterdam aux Pays-Bas au volant d'une Triumph Stag. Cette voiture appartient au diamantaire contrebandier Peter Franks. Après l'arrestation de ce dernier, James Bond se glisse dans l'identité de Franks et utilise donc sa voiture. James Bond traverse la Manche pour gagner l'Europe continentale à bord de de l'hovercraft SRN4 « Princess Margaret ». Plus tard, on voit James Bond et sa voiture dans les petites rues d'Amsterdam, puis arriver à la maison flottante « Tiffany Case » au 36 Reguliersgracht.

  

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2015 06 James Bond Affiche V 2015 06 James Bond Affiche H

 

En 2002, la maison de ventes aux enchères Christie's donne des détails sur la voiture utilisée pour le film. La Stag, comme en témoigne son numéro de châssis très bas, fait partie du très petit nombre de voitures de présérie. Cette voiture d'avant la production industrielle est suffisamment proche des voitures de de série pour faire partie de la flotte de véhicules de presse. Elle fait l'objet de nombreux essais et articles. Ensuite, plusieurs années durant, cette voiture est exposée dans un musée.

2015 06 James Bond Stag

En mai 1998, la carrosserie de la voiture est entièrement restaurée, le moteur reçoit un nouveau radiateur et est adapté à l'essence sans plomb. Elle dispose d'une capote noire non restaurée, elle ne bénéficie pas du hard-top. En 2002, la Stag totalise 54.796 miles. La voiture est vendue par Christie's à South-Kensington le 17 septembre 1998, sous la référence 8120 lot 143 « James Bond 007 », adjugée au prix de 20.700 £.

 

2015 06 James Bond Exterieur 2015 06 James Bond Sean

 

Dans le film, la Triumph Stag à conduite à droite immatriculée RVC435H arbore une robe jaune safran et un intérieur fauve. Voici ses caractéristiques :

 
            • Numéro de châssis LD14
            • Numéro de moteur LF8HE
            • Moteur V8 arbres à cames en tête 2.997 cc 145 CV à 5.500 t/mn
            • Boîte de vitesses manuelle à 4 rapports et overdrive
            • Freins hydrauliques - AV à disques - AR à tambours
            • Suspension AV Mac Pherson - AR bras tirés et ressorts hélicoïdaux

 


 
Imprimer Envoyer

Triumph Dix Voitures Cinema   

L'auberge espagnole version britannique...

 

RMB Gentry - Une Triumph déguisée en MG - Joli bâtarde ! 

 

mai 2015

par Jean-Paul Lamy d'après Internet légèrement revisité

 

Voiture anglaise en kit apparue en 1974, la Gentry parodie la MG TF, best seller incontesté de l'après guerre. Elle est produite dans le Leicestershire par la société RMB Motors de Barwell. Le prototype voit le jour dès 1973 et la cadence annuelle de production passe de 15 kits en 1974 à 80 unités en 1979. Quel joli saut de l'artisanat vers l'industrie !

 

Cliquez sur les images pour les agrandir
et ne vous attachez ni au détails, ni au sens d'ouverture des embryons de portières.

2015 05 RMB Gentry Bleue-Av 2015 05 RMB Gentry Rouge-Av 2015 05 RMB Gentry Rouge Ar 2015 05 RMB Gentry Rouge Dos

 

Quittons le rêve et redevenons sérieux ! La société RMB est créée par Roger Blockleye, un ancien du groupe automobile Triumph. Si la voiture est construite sur un châssis de Triumph Herald, la suite relève d'un bricolage de génie, bien avant l'incontournable concept Ikéa ! Comme tout bon mobilier destiné à être secoué, le kit-car utilise une structure formée de cornières en acier. Ce cadre supporte à son tour des panneaux de contreplaqué marine recouverts d'aluminium. Le capot moteur et ses parois latérales, tout comme le réservoir d'essence, sont en aluminium. La fibre de verre est utilisée pour les ailes et les portières. La grille du radiateur provient généralement d'une MG Magnette ZA ou ZB. L'histoire ne dit pas si la clé d'un demi-pouce est fournie. A partir de 1975, l'entreprise produit, malheureusement à seulement deux exemplaires, une version adaptée au châssis et aux trains roulants de la sportive Spitfire. Dommage !

Les droits du « kit prêt à monter » sont cédés en 1989 à la société SP Motors fondée par les propriétaires de la marque Gentry : Mick Sinclair et Terry Phillips. Ils développent une version basée sur une mécanique Ford. Mais Mick Sinclair quitte la société en 1997. Privée de l'un de ses associés fondateurs, l'entreprise devint TP Motors. Opportunisme oblige, les nouveaux décideurs modifient le dessin de la voiture pour intégrer des éléments de la Ford Sierra.

En 2001, l'usine est vendue à nouveau et la société disparait après avoir cédé les plans de la voiture comme son savoir-faire à l'entreprise Vintage Motor Car Company, établie à Doncaster dans le Yorkshire. La production demeure confidentielle, du moins s'il y en a une (?). En 2008, le destin de la voiture est repris par un nouveau propriétaire, la Gentry Car Company établie à Nuneaton. Phoenix renaît de ses cendres et Gentry relance la production. La MG TF n'est toujours pas morte !

 

2015 05 RMB Gentry Tableau de Bord 2015 05 RMB Gentry Engine Face 2015 05 RMB Gentry Engine Dessus 2015 05 RMB Gentry Suspension AV

 

2014 marqua le quarantième anniversaire de la voiture, tous les propriétaires de voitures « Gentry  » célébrèrent ce bel anniversaire au cours de plusieurs manifestations.

Enfin et surtout, la firme RMB n'est pas sectaire. Dans les années 80, l'entreprise fabrique aussi des répliques de l'aristocratique Austin-Healey 100 à partir d'éléments empruntés à la plébeienne MGB.

Gentry or not, MG, Austin-Healey, Triumph, une cosanguinité manifeste ! Sacrés anglais avec leur sens aigu du bricolage automobile ! God save the kit-cars...

 


 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 8 sur 13

© Triumph Club de France- Association à but non lucratif - Loi de 1901 - Logiciel Joomla 1.5.26 - Licence GNU/GPL           V02.5