Quoi de neuf ?

0000 Derniers Articles 1 France 1 Verte
2018 Grandes Alpes 1 Suisse 1
0000 Magny Cours 1 Bourgogne 1
Morges 1 Suisse 1
2017 Event 1 0000 Auvergne 1
2016 Entente Cordiale 1 2016 Drapeau UK 1
Imprimer Envoyer

2017 01 Imperia Bandeau2017 01 Imperia LogoImpéria



Dernière marque automobile belge   

 

janvier 2017

par Jean-Paul Lamy d'après Internet

 

Phoenix renaitrait-il de ses cendres ?

Voici la fin de l’histoire assez mouvementée de la dernière grande marque automobile belge. Le logo d’Impéria vient de réapparaître sur un nouveau véhicule, le coupé GP, après une éclipse de plus de cinquante ans.

Et cette fois encore, sans être vraiment d’avant-garde, la société liégeoise utilise une technologie de pointe à mécanique hybride pour ce coupé à caractère sportif. Quant à savoir ce que l’avenir réserve à la nouvelle société Impéria, il est impossible de donner un pronostic, mais nous ne pouvons que saluer l’entreprise.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2017 01 Imperia GP 1 2017 01 Imperia GP 2
 2008 Présentation  de l'Impéria GP

 

Les TR belges

La firme Impéria est installée dans l’usine de Nessonvaux. En 1948, après avoir cessé la production de ses propres modèles, la firme Impéria décide de monter les Standard Vanguard et on en concevra même une version cabriolet. La Vanguard, déjà équipée du moteur de la future TR2, mais en 2.098 cc, devient vite un succès avec une production de dix voitures par jour. De nombreuses variantes belges furent produites telles qu'une version diesel (déjà !), un convertible quatre places et une version commerciale. Le succès de la Vanguard était grand en Belgique, cette voiture était bien ciblée, entre les petites anglaises et démodées et les grandes et les américaines assoiffées. La Vanguard devint vite très populaire.

 

2017 01 Imperia Usine 2017 01 Imperia Chaine 2017 01 Imperia Vanguard
Usine de Nessonvaux Chaîne de montage des Vanguard Vanguard cabriolet Impéria

 

De 1953 à 1958, l’usine de Nessonvaux, procéda à l’assemblage des Triumph TR2 puis TR3 identiques aux modèles britanniques. L’usine produisit cent cinq exemplaires d’une version coupé du célèbre cabriolet TR baptisée Francorchamps, avec toit fixe et fenêtres descendantes.

 

2017 01 Imperia Francorchamps 1 2017 01 Imperia Francorchamps 2
2017 01 Imperia Francorchamps 3 2017 01 Imperia Francorchamps 4
Coupé TR2   Francorchamps

 

En 1958, toute activité automobile s’arrête à Nessonvaux et l’affaire sera liquidée quelques années plus tard. Le 23 février 2008, une nouvelle page s’ouvre pour la marque Impéria. Le coupé « néo-rétro » Impéria GP est officiellement présenté.

 

Pour en savoir plus....

2016 Imperia GP         0000 TR2 Francorchamps

 


 
Imprimer Envoyer

2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 72016 12 Triumph du Mois Stag Coupe LogoVersion coupé de la triumph Stag
 

Triumph du mois de décembre 2016 

par Jean-Paul Lamy d'après Internet d'outre Manche

 

Bien qu’imaginé par le designer italien Michelotti, le coupé Triumph Stag a été développé par les ingénieurs et les concepteurs de l’usine Triumph de Canley. Voici quelques images du développement du coupé Stag, projet mort-né.

La réalisation de deux demi-maquettes accolées permet de choisir l’option la plus satisfaisante. Le coupé trois portes prend forme. Notez que c’est le prototype original de la Stag de série qui a servi de support.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 1 2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 2

 
Voici l’arrière de la version qui n’a pas été retenue et l'avant de la version préférée exposée dans la Showroom pour décision de la direction. Le projet de coupé Stag restera sans suite.

 

2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 3 2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 4

 

La Stag coupé, non produite en série, est une voiture extrêmement rare.

 

2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 6 2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 5

 


 
Imprimer Envoyer

2016 11 Moss Monaco (7)2016 11 Moss Monaco (8)Moss Monaco
 

Triumph du mois de novembre 2016

d'après Internet sur une information de Patrice Guérin

 

Un peu d’histoire

John Cowperthwaite est un passionné de kits en fibre de verre. En 1981, surfant sur la vague néo-rétro, il crée le roadster Moss, inspiré par les MG TC-TD-TF. Le kit est basé sur un châssis et une mécanique de Triumph Herald. En 1983, il présente un second kit, la Mamba. Moss devient le nom de la marque et le roadster prend le nom de Malvern.

En 1985, Moss lance la Monaco. L’artisan est à son apogée, avec une centaine de kits vendus dans l’année. Hélas, en 1986, un incendie ravage les ateliers de Sheffield. Hampshire Classics rachète les moules, mais sans réellement produire de kits. En revanche, ils auraient encaissé quelques acomptes… Vers 1988, trois passionnés prennent le relais, via Moss Cars. La société vivote quelques temps, avant de disparaitre au début des années 90.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

2016 11 Moss Monaco (3) 2016 11 Moss Monaco (4)
2016 11 Moss Monaco (5) 2016 11 Moss Monaco (6)
   

De son côté, John Cowperthwaite poursuit son bonhomme de chemin. Lors de l’incendie, il travaille sur un quatrième modèle, la Midge. Il la revend à un autre. Puis il travaille sur d’autres kits, comme la Mayfair ou la Locust. Son dernier projet remonte à 2010, il s’agit de la Lightning, une voiture électrique pour enfants. Vous pouvez croiser John Cowperthwaite sur une scène. En effet, passionné de musique country, il pousse la chansonnette avec Madame !

Au total, environ soixante-dix Monaco ont été vendues. A priori, elles sont uniquement commercialisées en kit et chaque exemplaire est personnalisé. Ici, il a donc poussé à fond le look « course ». La base est une Triumph Herald, comme toutes les Moss. Néanmoins, il est possible d’y monter aussi des mécaniques de Spitfire ou de Vitesse. Autant dire qu’il n’y a pas deux Monaco identiques ! Et c’est aussi ça qui fait le charme de ces productions artisanales d’outre-manche.

 

Lancement d’une nouvelle fabrication de Moss Monaco en gironde

En Gironde, le lancement de la nouvelle fabrication du roadster Monaco de la marque anglaise Moss s’est déroulé samedi 7 mars dernier à Bordeaux. La marque automobile Moss d'origine anglaise, créatrice des fameuses Monaco et Malvern, devient donc aujourd’hui française. En effet Bruno Richet, entrepreneur bordelais, vient de racheter la marque pour relancer la fabrication du modèle Monaco en Gironde, afin de faire revivre la marque au Phoenix avec un assemblage français haute couture.

   
2016 11 Moss Monaco (1) 2016 11 Moss Monaco (2)
   

Les modèles seront proposés avec trois moteurs quatre cylindres de 1300, 1500 et 1700cc et un moteur six cylindres de 2000cc. Le rapport poids / puissance sera donc très avantageux puisque la voiture pèse environ 300 kg. On retrouve le plaisir de conduite type « Lotus » des véhicules puissants mais très légers, l’esprit originel en plus… Cet excellent poids est assuré par la fabrication artisanale, manuelle et entièrement sur-mesure de la carrosserie en aluminium. La construction est donc lancée à la commande.

La commercialisation et l’entretien de ces voitures seront assurés par la société Gentleman Classic Car, également propriété de Bruno Richet.

 

Souhaitons le meilleur succès à cette aventure « vintage » !

 


 
Imprimer Envoyer

2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 72016 12 Triumph du Mois Stag Coupe LogoVersion coupé de la triumph Stag
 

Triumph du mois de décembre 2016 

par Jean-Paul Lamy d'après Internet d'outre Manche

 

Bien qu’imaginé par le designer italien Michelotti, le coupé Triumph Stag a été développé par les ingénieurs et les concepteurs de l’usine Triumph de Canley. Voici quelques images du développement du coupé Stag, projet mort-né.

La réalisation de deux demi-maquettes accolées permet de choisir l’option la plus satisfaisante. Le coupé trois portes prend forme. Notez que c’est le prototype original de la Stag de série qui a servi de support.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir.

2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 1 2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 2

 
Voici l’arrière de la version qui n’a pas été retenue et l'avant de la version préférée exposée dans la Showroom pour décision de la direction. Le projet de coupé Stag restera sans suite.

 

2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 3 2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 4

 

La Stag coupé, non produite en série, est une voiture extrêmement rare.

 

2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 6 2016 12 Triumph du Mois Stag Coupe 5

 


 
Imprimer Envoyer

2016 11 Moss Monaco (7)2016 11 Moss Monaco (8)Moss Monaco
 

Triumph du mois de novembre 2016

d'après Internet sur une information de Patrice Guérin

 

Un peu d’histoire

John Cowperthwaite est un passionné de kits en fibre de verre. En 1981, surfant sur la vague néo-rétro, il crée le roadster Moss, inspiré par les MG TC-TD-TF. Le kit est basé sur un châssis et une mécanique de Triumph Herald. En 1983, il présente un second kit, la Mamba. Moss devient le nom de la marque et le roadster prend le nom de Malvern.

En 1985, Moss lance la Monaco. L’artisan est à son apogée, avec une centaine de kits vendus dans l’année. Hélas, en 1986, un incendie ravage les ateliers de Sheffield. Hampshire Classics rachète les moules, mais sans réellement produire de kits. En revanche, ils auraient encaissé quelques acomptes… Vers 1988, trois passionnés prennent le relais, via Moss Cars. La société vivote quelques temps, avant de disparaitre au début des années 90.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

2016 11 Moss Monaco (3) 2016 11 Moss Monaco (4)
2016 11 Moss Monaco (5) 2016 11 Moss Monaco (6)
   

De son côté, John Cowperthwaite poursuit son bonhomme de chemin. Lors de l’incendie, il travaille sur un quatrième modèle, la Midge. Il la revend à un autre. Puis il travaille sur d’autres kits, comme la Mayfair ou la Locust. Son dernier projet remonte à 2010, il s’agit de la Lightning, une voiture électrique pour enfants. Vous pouvez croiser John Cowperthwaite sur une scène. En effet, passionné de musique country, il pousse la chansonnette avec Madame !

Au total, environ soixante-dix Monaco ont été vendues. A priori, elles sont uniquement commercialisées en kit et chaque exemplaire est personnalisé. Ici, il a donc poussé à fond le look « course ». La base est une Triumph Herald, comme toutes les Moss. Néanmoins, il est possible d’y monter aussi des mécaniques de Spitfire ou de Vitesse. Autant dire qu’il n’y a pas deux Monaco identiques ! Et c’est aussi ça qui fait le charme de ces productions artisanales d’outre-manche.

 

Lancement d’une nouvelle fabrication de Moss Monaco en gironde

En Gironde, le lancement de la nouvelle fabrication du roadster Monaco de la marque anglaise Moss s’est déroulé samedi 7 mars dernier à Bordeaux. La marque automobile Moss d'origine anglaise, créatrice des fameuses Monaco et Malvern, devient donc aujourd’hui française. En effet Bruno Richet, entrepreneur bordelais, vient de racheter la marque pour relancer la fabrication du modèle Monaco en Gironde, afin de faire revivre la marque au Phoenix avec un assemblage français haute couture.

   
2016 11 Moss Monaco (1) 2016 11 Moss Monaco (2)
   

Les modèles seront proposés avec trois moteurs quatre cylindres de 1300, 1500 et 1700cc et un moteur six cylindres de 2000cc. Le rapport poids / puissance sera donc très avantageux puisque la voiture pèse environ 300 kg. On retrouve le plaisir de conduite type « Lotus » des véhicules puissants mais très légers, l’esprit originel en plus… Cet excellent poids est assuré par la fabrication artisanale, manuelle et entièrement sur-mesure de la carrosserie en aluminium. La construction est donc lancée à la commande.

La commercialisation et l’entretien de ces voitures seront assurés par la société Gentleman Classic Car, également propriété de Bruno Richet.

 

Souhaitons le meilleur succès à cette aventure « vintage » !

 


 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 3 sur 12

© Triumph Club de France- Association à but non lucratif - Loi de 1901 - Logiciel Joomla 1.5.26 - Licence GNU/GPL           V02.5